Accueil
Mission Historique Statistiques Fondatrices Conseil d'administration Nos services Faire un don Programmes du CLE Postes vacants Bénévolat Hiver en folie Activités spéciales Autres activités Témoignages récents Témoignages archivés
Les témoignages archivés
Photo d'entraide 36 NB

Témoignages des clients Témoignages des employés(es)

À un certain moment de leur cheminement avec le Centre d'Entraide, nos clients(es) et nos employés(es) ressentent le besoin de témoigner de leur expérience et/ou de leur vécu. Nous vous présentons ici des témoignages reçus au cours des années précédentes de la part de notre clientèle et des employés(es).

Les témoignages des clients

Un témoignage de Richard

Bonjour,

J'ai 58 ans et je suis père de deux enfants. J'ai été diagnostiqué avec un syndrome de fatigue chronique et pertes sensorielles. Je souffre d'une stéatose du foie, de douleurs chroniques, d'apnée morbide du sommeil, d'hypertension artérielle (HTA) ainsi que de pertes de mémoire. J'ai 16 sténoses dans la colonne et un rein atrophié à 100%. Je me déplace avec un déambulateur. J'ai le transport adapté. Je vis seul avec mes deux chats et j'ai la garde exclusive de ma fille de 11 ans. Le syndrome de fatigue chronique a déjà fait que je me suis endormi dehors sur un poteau. Je ne conduis plus depuis cinq ans et ça me fait de la peine, car je suis amputé de mon autonomie et de ma liberté.

En ce qui concerne mon environnement, je ne peux pas faire les tâches ménagères. Se résigner à déléguer mes tâches à des étrangers et à les laisser entrer dans mon intimité est souvent très dur. Référé par le CLSC à votre centre, je bénéficie d'un aide au ménage et d'un aide-accompagnateur à domicile avec qui je peux faire le marché, prendre un café et redécouvrir mes centres d'intérêt. Vos services sont vraiment une très grande nécessité. J'aimerais que les gouvernements fassent plus de publicité pour que vous puissiez avoir plus de personnel et de latitude et pour que vous puissiez offrir plus de services.

Richard
Un témoignage de Danielle

Bonjour,

J'ai 53 ans et mon conjoint 61 ans. Nous sommes les deux inaptes au travail et de plus mon mari est en fauteuil roulant. En 2014, j'ai eu une hernie discale au travail et depuis je suis sur une contrainte sévère à l'emploi. Il s'est ensuite découlé plusieurs maladies : fibromyalgie, arthrose, entorse lombaire chronique sévère. Et tout cela pendant que je suis aidante naturelle pour mon mari, diagnostiqué d'une thrombose de l'œil droit, ce qui l'a rendu aveugle. Celui-ci a en plus subi un AVC, un infarctus et une paralysie.

Je vis du stress constamment entre le manque d'argent et de ressources. Ces dernières semaines, nous avons dû faire faillite et à deux nous avons un revenu de 1200 $ pour nous loger et manger. Avec un loyer de 800 $ plus 150 $ pour la faillite, nous sommes en toute évidence en déficit à chaque mois, et nous devons nous nourrir avec ce que Moisson Estrie nous donne. Nous ne sommes pas éligibles pour un logement adapté à prix modique, car j'ai fait quelques milliers de trop. Nous ne voyons pas l'heure de nous en sortir, avec mes troubles d'anxiété généralisée, d'agoraphobie et de panique, etc.

Alors vos services de ménage à domicile m'aident à garder mon environnement propre et une chance que nous vous avons, car nous ne pourrions pas faire ces tâches du tout. Et le fait que l'aide-accompagnateur vient nous changer les idées et se confier, nous avons confiance en lui. Il nous fait rire et nous écoute toujours sans juger. Merci pour tout. Sachez que nous apprécions grandement vos services.

Danielle
Un témoignage de Pier B.

Madame,
Monsieur,

Tout d'abord, il est important de souligner que sans les services reçus du Centre d'Entraide de l'Estrie, je serais morte suicidée.

Les gens du Centre d'Entraide sont des gens de cœur. Ils sont compétents et pertinents. Ils ont été, et le sont toujours, ma bouée de sauvetage alors que le système de santé m'a abandonnée.

Autant les visites de l'aide au ménage que celles de l'aide-accompagnateur ont contribué à recouvrer ma dignité. Ces personnes ont su m'écouter sans juger, proposer des solutions accessibles et, surtout mettre un peu de lumière dans ma noirceur.

Je souffre de fibromyalgie sévère et ma vie se résume plus souvent qu'autrement à passer mes journées au lit en attendant que se passent les crises de douleur. Le Centre me permet de profiter un peu de la vie quelques heures par semaine et de me sentir humaine plutôt qu'une loque.

Dans votre bilan annuel, vous pourrez ajouter à la case « réussite » : sauver une vie. La mienne.

Merci de tout cœur,

Pier B.
Un témoignage de Mélanie

Bonjour,

Vos services me font du bien. Ils me brisent de l'isolement. Quand on vient faire du ménage chez moi, ça me fait du bien et la charge me paraît moins lourde.

Je me sens écoutée sans jugement.

Merci.

Mélanie
Un témoignage de René

Bonjour,

Je connais le Centre d'Entraide Plus de l'Estrie par l'entremise d'une travailleuse sociale de l'Aide sociale.

Étant en dépression sévère depuis 2004, je me retrouve totalement isolé socialement, professionnellement et culturellement. Et entre 2003 et approximativement 2012, j'étais totalement démuni financièrement, n'ayant comme revenu que le minimum d'aide sociale.

Je suis le 7e enfant d'une famille nombreuse, pauvre et dysfonctionnelle, mais la totalité des membres de ma famille habite dans le Montréal métropolitain. Ce qui fait que je suis isolé familialement et affectivement. Je n'ai plus de relation amoureuse depuis 1998. Je suis à Sherbrooke depuis septembre 1993.

De plus, la dépression sévère chronique m'a rendu totalement dysfonctionnel pour mes soins corporels, l'entretien du ménage et la vie sociale et culturelle. De ce fait, j'ai un grand besoin de briser l'isolement et d'aide sociale et domestique pour me sortir de ces problèmes. Et c'est une aide à très long terme dont j'ai besoin et le plus fréquemment possible.

Les services offerts par le Centre d'Entraide Plus de l'Estrie m'ont apporté beaucoup de soulagement, mais cet organisme est limité dans ses ressources et je sais qu'ils font de leur mieux pour répondre à mes besoins. J'aimerais que le gouvernement augmente ses subventions à de tels organismes pour qu'ils puissent donner plus d'aide aux personnes qui, comme moi, ont de grands besoins.

Cordialement,

René
Un témoignage de Lucille

Bonjour,

J'ai 61 ans et j'ai la garde de mon fils handicapé mental et il a 34 ans, les 2 vivant sous le même toit. J'ai plusieurs problèmes de santé : diabète, arthrose, cholestérol, haute pression, raideur dans les membres, douleurs lombaires. J'ai eu un AVC qui m'a laissé des séquelles musculaires du côté gauche. Je dois me déplacer avec un déambulateur et à l'extérieur, être accompagnée. J'utilise le transport adapté pour mes déplacements.

Je bénéficie de vos services depuis mon séjour à l'hôpital où la travailleuse sociale m'avait parlé de vos services. Grâce au service d'aide au ménage, celui-ci se fait, car sinon je ne pourrais le faire et tout mon quotidien en serait dégradé. Mon fils ne peut faire les tâches ménagères comme il se devrait, vu son retard mental. Pour les repas et le lavage, il se débrouille relativement bien. J'ai élevé mes enfants seule. Ma fille a 35 ans et a 2 enfants de 8 ans et 9 ans. Mon mari est parti quand ma fille n'avait pas encore un an et j'étais enceinte.

À la naissance de l'enfant, j'ai dû faire face à la nouvelle qu'il ne serait jamais comme les autres. Même si les médecins m'ont dit que jamais il ne pourrait marcher et encore moins parler, aujourd'hui mon fils fait des commissions pour moi, parle avec difficulté mais se fait comprendre. Alors entre les visites quotidiennes à l'hôpital pour mon fils et les démarches pour la garde de mes enfants, j'ai dû me battre pour avoir la garde exclusive de mes enfants en plus de garder ma mère malade. Ce qui a eu pour effet que je n'ai jamais pu travailler à l'extérieur de la maison. Même si nous étions 5 enfants, c'est moi qui étais la seule à devoir prendre soin de tout ce beau monde. Mais aujourd'hui, moi je suis dans le besoin et je ne peux compter que sur moi et votre Centre pour faire ce que mon corps ne peut plus faire. Je vois l'aide-accompagnateur du Centre d'Entraide comme un ami et un confident. Tout ceci étant dit, votre Centre me fournit des services dont j'ai besoin.

Lucille
Un témoignage de Jean

Mon nom est Jean, 45 ans. J’ai toujours été dans le domaine de la santé, comme préposé aux bénéficiaires, travailleur de rue à Québec et éducateur en milieu carcéral en désintoxication. J’ai aussi été intervenant avec une clientèle de gang de rue de 1988 à 2013. À la présidence d’un organisme pour les familles monoparentales comme bénévole pendant 5 ans.

En 2013, après une séparation et une bataille pour la garde de mon fils, il s’en est suivi une perte d’emploi à cause d’un « burn-out », en plus de problèmes de santé sans précédent : maladie de Crohn, diabète, apnée du sommeil, tachycardie, valves du cœur bouchées, cholestérol, hypertension, fatigue morbide, scoliose, deux opérations dans la colonne, obésité morbide, en attente d’une réduction gastrique, et le fait de me battre pour être reconnu inapte au travail avec mon trouble de TDAH. Après avoir été évalué par un physiothérapeute, celui-ci a fait les démarches pour que je puisse bénéficier d’aide au ménage pour moi et mon fils car je suis trop hypothéqué dans mes mouvements pour effectuer certaines tâches ménagères, et un aide accompagnateur à domicile pour briser l’isolement et m’aider à l’organisation de mon nouvel HLM.

Alors au final, je me retrouve dans un environnement plus propre et organisé, me laissant plus de temps de qualité pour moi et mon fils et moins de stress. Comme j’ai des interventions à subir, j’aurai ce stress en moins et je pourrai me concentrer sur mon bon recouvrement.

Jean
Un témoignage de Sylvie

Bonjour,

Je suis une femme de 57 ans, du jour au lendemain je me suis retrouvée à l’hôpital paralysée. On m’a diagnostiqué une myopathie dégénératrice. J’ai été plusieurs mois à l’hôpital et au Centre de Réadaptions de l’Estrie (CRE). De retour à la maison j’étais à motricité réduite et le CLSC m’a référée au Centre d’Entraide Plus de l’Estrie. Ils ont été d’un grand secours pour moi. Sans eux je vous confirme que je n’aurais pas pu rester chez moi, car je n’ai pas d’équilibre et faire le ménage c’était trop. C’est un service essentiel et primordial pour des personnes comme moi à faible revenu et avec la santé restreinte. Et le service qu’ils nous donnent et aussi la bonne humeur des gens qui s’en occupent m’ont donné du soleil dans ma vie, lorsque ma vie était dans un épais brouillard.

Merci à tous!

Sylvie
Un témoignage de Carole

Quand le Centre d’Entraide m’a demandé si je voulais écrire un texte, c’est avec grand plaisir que j’ai accepté, moi qui bénéficie de leurs services depuis l’automne 2015. Mais par où commencer… J’ai trois enfants. Deux garçons, Olivier 9 ans (diagnostic de trouble de modulation sensoriel et trouble de l’humeur sensoriel). Pour Olivier, on soupçonne également un TSA (trouble du spectre de l’autisme). Ensuite, Jasmin 7 ans, aucun problème connu, mais pris entre 2 enfants différents, difficiles… Et ma troisième, ma fille Anaïs 6 ans, celle qui a 100% changé notre vie dès son plus jeune âge. Tout petit bébé elle était différente, elle n’avait pas deux semaines de vie quand mon conjoint et moi on s’est dit : « elle n’est pas pareille, elle a quelque chose. » Maintenant on sait : Diagnostic de TDAH sévère, dyspraxie, trouble de modulation sensoriel, trouble de langage. Cette petite fille qui nous inquiète depuis sa naissance était complètement déconnectée de son environnement, même bébé. Premier test d’audition à l’âge de 1 ½ mois et la dame me dit « elle entend très bien votre fille » et moi de lui répondre « Qu’est-ce qu’elle a alors? Elle est autiste! » La dame était scandalisée «  Mais voyons madame on ne voit pas ça avant 4-5-6 ans… » Je lui ai répondu : «  Ben elle a quelque chose, en tout cas ».

Je continue sur ma fille parce que malgré tous les problèmes de mon garçon, il est beaucoup moins dérangeant qu’elle. Je savais à l’âge de 1 an qu’elle était TDAH… quelque chose m’échappait… le temps passait et elle ne parlait pas beaucoup, mais elle pleurait, criait, brisait et mettait tout dans sa bouche, mais vraiment tout. La maison était tellement à l’envers. Il n’y avait rien qui restait à sa place, mais vraiment rien. Anaïs demandait une surveillance accrue, elle était maladroite et très dangereuse pour elle-même. Déjà elle coûtait excessivement cher. Tout ce qu’elle touchait, elle le brisait. Une journée, alors qu’elle avait 2 ½ ans, elle a brisé un store de fenêtre et un ventilateur, mis à part plein de trucs. J’étais découragée . Quand Anaïs a eu deux ans, elle s’est aussi mise à ne plus dormir. Elle se levait 8 à 12 fois tout au long de la nuit… C’est là qu’on a commencé à s’épuiser.

Ma mère me disait (optimiste) « attends, donne-s-y encore 6 mois. Ça va aller mieux… ». Six mois plus tard, elle était encore pire : elle faisait crise par-dessus crise. Rien ne ressemblait à ce que j’ai vécu avec les garçons. Jasmin avait un an de plus et l’écart grandissait sans cesse. Ma belle-mère disait ne jamais avoir vu ça une enfant si difficile.

À ses 21 mois, dans le bureau du médecin, je lui avais fait part de mes inquiétudes, mais je n’avais jamais vu ma fille si tranquille… mon médecin ne m’a pas prise au sérieux, comme elle accusait peu de retard selon le questionnaire posé par le médecin, et bien rien ne s’est passé. Mais moi, dans mon cœur de mère je savais. J’ai inscrit Anaïs sur la liste pour une évaluation en orthophonie (langage), elle avait 23 mois. C’est là que ma vie de maman secrétaire et spécialisée en tout genre de problèmes a commencé.

Il y a un peu plus d’un an, j’ai complètement cessé de travailler pour me consacrer au besoin de ma famille. De toute façon, mon patron n’en pouvait plus de mes absences et de mes états d’âme… j’étais tellement fatiguée, un trois à six rendez-vous semaines pour les deux enfants, en plus d’une faillite. Ça coûte cher des enfants à besoins particuliers. Deux parents sur les antidépresseurs… Et l’automne dernier le Centre d’Entraide est arrivé dans notre vie. Ouf! Quel soulagement! Je n’arrivais jamais à nettoyer, entre tout ce que j’avais à faire, et mon conjoint qui travaille fort pour qu’on joigne les deux bouts.

Mon horaire est fou la semaine, même si je ne travaille plus. Entre le transport des enfants matin, midi et soirs, les rendez-vous, mon rôle de secrétaire qui vient avec toutes ces rencontres, ces appels de spécialistes : ergothérapeute, physiothérapeute, orthophoniste, travailleuse sociale, éducatrice spécialisée, psychoéducatrice, psychologue et même psy pour nous, parents. Accepter la situation et la fatigue…

À vous tous qui donnez généreusement pour cet organisme, je vous dis MERCI d’alléger mon quotidien. Le Centre d’Entraide m’a apporté un soutien immense qui me permet de me consacrer à la chose la plus importante au monde : mes enfants et ma famille.

Carole
Un témoignage de Francine

Un petit mot pour vous dire comment votre organisme est essentiel dans ma vie avec toute l’aide que vous m’apportez du point de vue entretien ménager et du point de vue émotionnel, comme le fait de pouvoir parler avec une personne de confiance qui prend des initiatives à ma place parce que je ne le ferais pas et parce que moi, j’avais une tout autre décision en tête.

Vos petites dames qui viennent m’aider pour nettoyer sont très appréciées, car juste pour faire un repas, je ne peux même pas le faire en un coup. Je suis obligée d’aller m’asseoir plusieurs fois pendant la préparation, sinon mon dos, mon ventre et mes genoux deviennent trop douloureux. Ceci n’est qu’un exemple.

Vous, le personnel êtes des personnes, très bonnes, aimables, compréhensives. Vous accomplissez un travail colossal. Vous connaissez votre monde, vous travaillez fort pour qu’ils aient leurs services à tout prix. Je ne vous connais pas physiquement mais autrement, avec la bonté de votre cœur, et je vous aime beaucoup.

Francine
Un témoignage de Brigitte

J’aimerais vous dire que ce service que j’ai depuis un an et demi m’apporte un grand soulagement. Je dois remercier les personnes qui rendent ma maison accueillante. Je considère ce service essentiel pour beaucoup de personnes.
Merci pour votre service

Brigitte
Un témoignage de Marc et Sophie

Mon épouse et moi sommes en couple depuis 15 ans et mariés depuis 9 ans. Nous sommes également parents d’une belle petite fille de 4 ans. Nous avons dû passer par la clinique de fertilité pour avoir une insémination avec donneur, qui a fonctionné après 7 fois. Je suis porteur du gène de la dystrophie musculaire myotonique, et cela m’a malheureusement rendu stérile. J’ai en ce moment six entorses, dont trois qui sont devenues des hernies discales.

Du côté de mon épouse, elle souffre d’une dépression post-partum depuis bientôt 4 ans, ainsi que d'anxiété généralisée incluant des crises de paniques.

Ayant tous les deux des problèmes de santé majeurs, en plus des opérations, il s’en suit des problèmes financiers inquiétants. Tous ces facteurs nous font vivre une situation angoissante et cela est difficile de croire à demain, ce qui crée un manque de motivations des deux parties.

Avec l’aide au ménage et l’accompagnateur à domicile, nous sommes plus structurés au niveau du ménage et de l’organisation. C’est exactement ce dont nous avons besoin. Nous pouvons compter sur leur discrétion et cela nous rend plus confiants. Ça nous aide et nous motive!

Tout en sachant que nous pouvons compter sur toute l’équipe, dont l’intervenante, nous sommes bien encadrés et compris sans avoir le sentiment d’être jugés. J’ai bien aimé l’écoute du personnel au téléphone ; on voyait que les employés étaient attentionnés et soucieux de nous. L’aide qu’on reçoit est très utile et nous aide beaucoup.

Marc et Sophie
Un témoignage de Marie-Julie

Bonjour,

J'ai fait appel aux services du Centre d'Entraide Plus de l’Estrie suite aux recommandations de la directrice du RAME-Estrie, qui est aussi une amie. Depuis mon dernier accouchement, suite à une épidurale, j'éprouve beaucoup de douleurs au dos et à la hanche, plus précisément au nerf sciatique. J'ai aussi un enfant dysphasique avec un retard de développement et suspecté autiste. Ce qui me demande énormément d'énergie. En effet mon petit est très demandant et il exige, de par ses troubles, une surveillance constante. Depuis peu aussi mon autre fils, qui est dyspraxique, TDAH et affecté du syndrome « Gilles de la Tourette », est revenu vivre à la maison suite aux recommandations du médecin puisqu'il n'est pas en mesure de prendre soin de lui tout seul et que ça ne fonctionne pas en hébergement. J'ai aussi mes propres difficultés, ayant moi-même des contraintes sévères à l'emploi. 

Le service du Centre d'Entraide est vraiment très aidant pour moi. Sans eux, je ne sais pas comment j'y arriverais. Ça me prend déjà toute mon énergie pour faire les repas, le lavage et m'occuper des enfants. Le Centre d’Entraide me permet de souffler un peu et d'avoir une maison propre. Sinon je dois m'allonger au moins 30 minutes entre chaque tâche pour reposer mon dos qui fait trop mal. Ce service me permet de me ménager un peu et de pouvoir mieux m'occuper de mon petit. J'espère pouvoir en bénéficier encore, car cela fait réellement une différence dans ma vie. Merci d'exister!

Marie-Julie
Un témoignage d'Alice

L’aide que je reçois m’apporte beaucoup, vu le fait que j’ai beaucoup de difficulté à me pencher à cause de mon arthrose, de mes rhumatismes et de mes douleurs arthritiques. Car juste le fait de me pencher pour mettre un poêlon dans le tiroir de la cuisinière me demande beaucoup. Je suis très reconnaissante du service que j’ai eu et que j’ai encore, cela m’aide beaucoup, sur tous les aspects.

Alice
Un témoignage de Louise

J’ai bénéficié de l’aide de cet organisme les deux dernières années et j’en suis très satisfaite. Les gens ont toujours été respectueux et prêts à m’aider sans me juger. J’ai trouvé la superviseure des services très professionnelle avec le vouloir de faire ce qu’elle pouvait pour m’aider dans le cadre de ses fonctions et des règles qu’elle devait respecter.

Louise
Un témoignage de Manon et de Roger

Bonjour à toute l’équipe du Centre d’Entraide Plus. Je tiens à dire que l’aide que vous nous apporté est très précieuse pour nous, les personnes à mobilité réduite. Les intervenantes sont toutes très gentilles, douces et attentives à nos besoins. Je ne vous connais pas toutes, mais j’ai eu la chance de parler à la superviseure des services, à qui je me suis confiée de mes inquiétudes. Elle m’a écoutée et réconfortée. J’ai connu mon intervenante qui est venue nous voir à la maison. Nous nous sommes sentis à l’aise. Elle a écouté nos besoins attentivement, c’est très réconfortant de savoir que vous êtes tous là pour nous. Merci mille fois à vous. Je suis très satisfaite de votre service. Mon aide-ménager est très gentil et discret. Je suis bien contente de lui.

Merci,

Manon et Roger
Un témoignage de Marie-Pierre

Alors que je vivais une situation très précaire tant au niveau de la santé que de mes finances, j’ai eu la chance d’être recommandée par mon médecin au Centre d’Entraide plus de l’Estrie. Je suis une maman monoparentale, étudiante à temps plein. J’étais aussi en situation d’épuisement et venais tout juste de vivre une chirurgie qui m’empêchait de m’occuper de l’entretien de mon logement. C’est alors que les aides à domicile sont entrées dans ma vie. Avec le sourire, elles venaient me supporter et transformer en heures plutôt agréables ce qui me paraissait une montagne dont je ne viendrais jamais à bout! Au fil du temps, cela m’a permis d’être plus disponible à mes études ainsi qu’aux besoins de mon fils d’âge préscolaire. Ça a aussi fait la différence dans ma capacité à poursuivre mes études en allégeant ma charge, une séance de ménage à la fois.

Les responsables se sont toujours montrées à l’écoute et ont tout fait pour concilier mes plages horaires avec celles de leurs aides à domicile, au prix de bien des efforts. Je suis très reconnaissante des services reçus. Ceux-ci font une grande différence dans la qualité de vie de ceux qui en bénéficient. MERCI à toute l’équipe du Centre d’Entraide Plus de l’Estrie!

Marie-Pierre
Un témoignage de Sonya

J’ai appris, depuis les six dernières années, qu’il ne faut jamais rien prendre pour acquis, que dans chaque situation, il y a toujours du positif à retenir, que rien n’arrive pour rien, mais surtout, surtout, surtout, que les miracles existent... Voici un très bref aperçu de mon histoire qui vous convaincra que le Centre d’Entraide Plus de l’Estrie se révèle l’un de ces beaux cadeaux de la vie que j’ai reçus depuis 2009 et qu’il s’avère donc un organisme essentiel, prioritaire et indispensable pour plusieurs Sherbrookois qui se retrouvent dans une situation semblable à la mienne...

Avant 2009, j’étais chorégraphe et professeure de danse (niveau professionnel) et collaboratrice à la rédaction du nouveau programme d’études en danse au MELS. Je détenais deux baccalauréats et je faisais des recherches en maîtrise ; j’enseignais également au secondaire à des élèves ayant des troubles d’apprentissage et de comportement sévères ; j’étais présidente d’une fondation, administratrice dans un c.a. et directrice adjointe d’une entreprise... Je donnais énormément de mon temps et une partie de mes revenus dans divers organismes communautaires... J’aidais sans compter et donner me procurait un immense bonheur, mais jamais je ne demandais de l’aide à qui que ce soit, car je n’en éprouvais aucunement le besoin. J’étais une carriériste et une maman indépendante, très déterminée, autonome, fière, fonceuse, dévouée et entièrement libre.

En janvier 2009, j’ai eu un accident de voiture qui a bouleversé ma vie, mais également celle de mon fils et la vie de tout mon entourage... J’ai dû me battre pour recommencer à marcher, à conduire, à parler, à me rappeler. J’ai également appris à tout adapter, afin d’arriver à mieux fonctionner, etc. J’ai même dû déménager à Sherbrooke, afin de me rapprocher des médecins et des spécialistes qui me suivent et qui me traitent depuis plus de six ans...

Avant octobre 2013, je parvenais à vivre sainement avec mon fils, car la SAAQ payait pour des traitements, de l’aide à domicile et pour un remplacement de revenus... Mais depuis que les médecins ont affirmé que mon état ne s’améliorera plus, une bataille juridique a commencé. Depuis juin 2014, la SAAQ a cessé totalement de m’aider financièrement, car elle considère que je suis totalement guérie et/ou que mes séquelles ne sont pas reliées à l’accident. Mon assureur, quant à lui, refuse de me dédommager puisque mon état est relié à un accident automobile. Or, mon employeur, refuse de me reprendre et il tente présentement d’abolir mon poste, car il reconnaît mon invalidité permanente qui a été décrite par les médecins qui me suivent... Depuis juin 2014, ma situation semblait de plus en plus désespérée et pourtant, de fil en aiguille, des personnes formidables sont entrées dans ma vie et elles m’apportent une aide et un soutien qui me permettent de garder la tête hors de l’eau, de continuer à prendre bien soin de mon fils et de survivre en attendant que mon cas soit présenté au Tribunal administratif du Québec (délai de 2 ans environ)... Parmi elles, on retrouve le Centre d’Entraide Plus de L’Estrie.

Puisque je ne suis pas native de Sherbrooke, j’ignorais totalement l’existence du Centre d’Entraide Plus de l’Estrie. Et puisque ni moi et ni ma famille n’avions eu à demander de l’aide dans le passé, les membres de ma famille et mes amis se sont relayés depuis juin 2014, afin de m’offrir l’aide à domicile dont j’ai impérativement besoin... Mais plus l’hiver 2015 s’imposait, plus mon entourage et moi devenions exténués... Je ne me souviens plus de la date précise de l’intervention du CSSS dans ma vie (je perds parfois la mémoire à court terme depuis mon accident). Cependant, je me souviens parfaitement que la première fois que l'intervenante pivot du CSSS s’est présentée chez moi, elle a immédiatement contacté le Centre d’Entraide Plus ... Tout aussi rapidement, l’équipe du Centre d’Entraide Plus de l’Estrie a évalué et pris en charge mon dossier... J’ai été surprise et enchantée par la rapidité, l’efficacité, l’empathie, la convivialité et le professionnalisme de TOUT LE PERSONNEL travaillant au Centre d’Entraide Plus de l’Estrie.

Or, sachez qu’un mois avant que je reçoive les services de cet organisme, ma mère et moi avions convenu que si aucun changement positif ne survenait avant le printemps, je n’aurais pas le choix de déménager près de chez elle, à Warwick, au risque de ne plus retrouver d’équipe médicale pour me soigner, MAIS SURTOUT, au risque de changer mon fils d’école et qu’il retombe pour une seconde fois en trouble anxieux envahissant, car sans revenus pour me payer de l’aide à la maison, mon état de santé régressait à un point tel que ma mère s’inquiétait énormément de me savoir seule à Sherbrooke avec mon fils... L’entrée du Centre d’Entraide Plus de l’Estrie dans ma vie a donc été considérée par plusieurs de mes proches comme s’avérant un miracle, car il a provoqué d’énormes changements positifs!

Depuis que cet organisme sans but lucratif m’offre ses services, mes crises d’inflammation aigüe ont grandement diminué, car je ne fais plus les tâches qui m’étaient interdites par les spécialistes. Mon état de santé recommence donc à s’améliorer... Aussi, mon entourage reprend lentement mais sûrement son souffle et son énergie, car mon monde n’a plus besoin de m’aider autant. Enfin, mon fils et moi vivons des moments beaucoup plus heureux et agréables, car ce n’est pas uniquement du ménage que le Centre m’offre. C’est également un répit physique et un immense soulagement...

Certes, mes batailles se poursuivent et je ne suis pas encore guérie, mais sans l’excellent travail du personnel du Centre d’Entraide Plus de l’Estrie, nos vies, à mon fils et moi, mais aussi à ma mère et à mes amis proches auraient été extrêmement plus difficiles... Bref, soyez assurés que dès que la tempête sera enfin terminée et que je serai parfaitement retombée sur mes deux pieds, je trouverai le moyen de remercier chaleureusement et sincèrement et de rendre la pareille à chacun des membres du personnel du Centre d’Entraide Plus...

Bravo à vous tous et merci, merci, merci !... C’est principalement grâce à vous si je recommence à mieux battre des ailes.

Sonya
Un témoignage d'Yves S.

Bonjour, Je m'appelle Yves S. et je suis atteint de la sclérose en plaques... Je suis diagnostiqué depuis le 20 août dernier seulement, mais cela fait au moins depuis 2005 que je vis des périodes de poussée/rémission. J'ai alors été hospitalisé et ai dû aller en maison de réadaptation, avant de regagner mon milieu de vie. Tout de même, beaucoup de dommages sont déjà fait : je suis déclaré "invalide". De ce fait, la plupart des tâches ménagères dont je m'acquittais allègrement, avant 2005, sont devenues très difficiles, voire impossibles, à appliquer... Des tâches qui exigent que je reste debout longtemps, que je doive me pencher ou appliquer une force quelconque...

C'est alors qu'en novembre 2014, on m'a fait découvrir le Centre d'Entraide Plus ... Un aide m'a été attitrée et vient à mon domicile une fois par 2 semaines. Il s'agit d'une assistance personnalisée. Par exemple, faire la vaisselle, prendre ma douche, épousseter, ça, j'en suis toujours capable et je le fais par moi-même... Cependant, des trucs tels que passer la balayeuse, laver mon plancher, sortir mes ordures (sacs de vidanges, bac de recyclage, paniers de compost) sont devenus impraticables. Mon aide fait ces choses pour moi et j'en suis très heureux. J'ai parfois des demandes spéciales à lui faire...

Par exemple, il a nettoyé les fenêtres de ma porte patio quand la température l'a permis. La semaine dernière, il a remarqué que mon ventilateur, que je n'avais pas eu la force de nettoyer depuis quelque chose comme 8 ans, était complètement obstrué par la poussière et les poils de chats en plus d'être complètement gommé par la nicotine. Je croyais que le ventilateur n'était tout simplement plus fonctionnel. Il s'est alors offert pour le nettoyer en profondeur et wow, magie! Mon ventilateur est maintenant propre et fait sa job de me fournir une ventilation saine et profitable pour la saison d'été qui s'amorcera sous peu...

Ce détail peut paraître anodin, mais moi, je n'aurais plus été en mesure de le ressusciter comme mon aide à domicile l'a fait. Aussi, ma situation fait que je reste souvent à la maison et que je ne parle pas beaucoup. Mon aide et moi tenons de longues discussions, alors qu'il effectue mes tâches ménagères. Dans le même sens, dans des moments, comme présentement, où je suis en pleine poussée de sclérose et n'ai pas la tête à converser, mon aide en tient totalement compte et ne force pas la note pour qu'on jase... Bref, son aide est, non seulement, très appréciée, mais ô combien nécessaire!

... Et, cette aide qui m'est attribuée, ne serait pas possible sans le Centre d'Entraide Plus de l'Estrie, dont la mission vise justement à proposer une assistance adaptée pour le maintien à domicile. De plus, des professionnels aux rôles distincts demeurent rejoignables, afin de contribuer à l'aide apportée par mon aide à domicile. Que ça soit pour des inquiétudes relatives au service offert ou simplement pour "parler".

Bien sûr, c'est pour une période d'un an, mais il est très bien expliqué qu'au fond, ça me donne une année entière pour trouver une autre source qui m'aidera à me maintenir à domicile. Bref, je vois difficilement comment se serait déroulé mon retour chez moi, si ça n'avait été de cet organisme. Longue vie au Centre d’Entraide Plus !

Yves
Un témoignage de Guylaine.

Le Centre d’Entraide Plus de l’Estrie a permis de donner un répit bien mérité pour ma mère de 72 ans et demi et mon beau-père qui alors venait faire mon ménage aux 2 semaines. J’ai apprécié beaucoup la gratuité des services pour moi qui est bénéficiaire de l’aide sociale. Nul doute que je suis choyée, mon aide à domicile est très poli, respectueux, travaillant et bien sûr, jasant. Le temps passe vite et le ménage se fait, et quel « booste au moral »!

Mon extrême obésité morbide me cause beaucoup de limites, ainsi que mes genoux et un bas du dos endolori. Mon ballant est précaire surtout quand je lève les bras au-dessus de mes épaules... Suite à un ajustement de médication psychiatrique alors que je pesais 379 livres, depuis le mois de juin 2014, j’ai perdu plus de 50 livres, mais j’en ai encore beaucoup à perdre pour être autonome. Je fais des efforts quotidiennement en bougeant d’avantage dehors avec ma canne en ce printemps pluvieux.

J’ai apprécié beaucoup de Centre d’Entraide Plus de l’Estrie, la belle manière qu’on s’est occupé de moi au téléphone. La superviseure des services et l'aide-intervenante sont facile à rejoindre et dévouées avec une bonne écoute et respectueuses. Un beau merci à l’intervenante sociale qui est venue chez moi pour mon évaluation en juin 2014.

Merci beaucoup.
Guylaine
Un témoignage de Christine.

J’écris avec plaisir cette lettre pour dire à quel point les membres de cette équipe sont avant-gardistes. Ils font preuve de dévouement et de délicatesse quand on parle avec eux au téléphone et je suis reconnaissante de la chaleur humaine que la personne qui se présente à domicile amène avec elle, et de plus le travail est bien fait. Le Centre d’Entraide Plus est un bon endroit pour ceux qui débutent ou font un retour au travail. Il est gratifiant pour eux de trouver un emploi comme celui-ci. Je souhaite porter une attention très spéciale au Centre d’Entraide et je lève mon chapeau, car tout le monde donne du 100% dans ce qu’ils font. Sur ces mots, j’apprécie beaucoup les services que je reçois et encore plus.

Christine
Un témoignage de Thérèse T.

Voici mon appréciation du service au Centre d'Entraide.
Premièrement, j'ai bénéficié de ce service très longtemps. Vous savez, je vais avoir bientôt 87 ans. Je perds certaines capacités. Cet hiver avec l'arthrite à mes mains, ça fait quatre mois où je n'ai été capable de rien faire. À mes jambes, j'ai une blessure qui n'a pas guérie. Un infirmier est venu ici trois fois par semaine. Je veux rester le plus longtemps dans mon loyer. C'est impossible de faire mon ménage comme avant. Donc, l'aide à domicile me facilite beaucoup la vie. Tous ceux qui sont venus ici sont très travaillants. Je tiens également à dire un gros merci à tout le personnel du Centre d'Entraide, car chacun a le souci et le respect des autres.
Merci beaucoup.

Thérèse T.
Un témoignage de Thérèse L.

J'ai eu recours à cet organisme suite à un cancer dont j'avais perdu beaucoup de mes capacités. Quelques temps plus tard, je suis tombée et je me suis déchirée des tendons. Un an après cette chute, je me suis fait opérer à la première cheville et cinq mois plus tard pour l'autre. De retour chez moi en fauteuil roulant, c'était presque impossible pour moi de me préparer des repas. Le peu de capacité que j'avais à ce moment-là, c'était pour l'hygiène personnelle. J'ai demandé au Centre d'Entraide Plus de m'aider, car les services que j'ai reçus étaient gratuits. Les personnes seules ont besoins d'un service comme ce que le Centre d'Entraide Plus offre pour nous aider à entretenir notre chez-nous, surtout pour les personnes à faibles revenus. Au début, j'ai eu un service une fois par semaine, ensuite c'est une fois aux deux semaines. Je me trouve chanceuse d'avoir reçu cette aide et je vous en remercie beaucoup. Je pense que le gouvernement devrait investir dans des organismes comme le vôtre qui viennent en aide aux personnes seules et malades qui vivent sous le seuil de la pauvreté. Je suis très satisfaite des services que vous me donnez.
Je vous souhaite une bonne continuité.

Thérèse L.
Un témoignage de Sylvie B.

Je suis tellement heureuse d'avoir le Centre d'Entraide Plus dans ma vie! Je deviens lentement aveugle et j'ai une cheville handicapée, alors il est évident que j'ai besoin d'aide. Le Centre répond à plusieurs de mes besoins. Ce n'est pas seulement le ménage, c'est le soutien moral, que la présence de la personne donne aussi et de la visite! Les personnes qui y travaillent sont tellement gentilles et humaines.

Il est primordial qu'il y ait un tel service pour des gens comme moi, dans le besoin. Merci à vous tous!

Sylvie B.
Un témoignage de Diane V.

Je suis une personne qui a de gros problèmes de santé physique. Je fais de la fibromyalgie, de l'arthrose, de l'arthrite, j'ai des problèmes aux intestins, à l'estomac et également de cœur et de poumons. Je dois toujours me déplacer avec une bombonne à oxygène et un masque. J'ai d'ailleurs eu 18 opérations en 15 ans. Je commence même à avoir une perte de mobilité dans mes jambes puisque ma colonne vertébrale est difforme et cela est de plus en plus difficile de me déplacer d'autant plus que ma bombonne d'oxygène est lourde. Vous comprendrez donc que l'aide que le Centre d'Entraide Plus de l'Estrie peut me donner est vraiment indispensable pour moi. Je suis incapable de faire mon ménage seule étant donné que je m'essouffle à rien, que je doit transporter ma bombonne, que j'ai de la difficulté avec mes jambes et que j'ai des douleurs constantes. Je ne sais pas ce que je ferais sans le Centre. Je remercie toute l'équipe du Centre d'être là pour moi et de m'aider. Je suis très satisfaite de l'aide qu'ils m'apportent. Le Centre offre des services indispensables à des gens malades. Merci beaucoup d'être là pour moi.

Diane V.
Un témoignage de Suzanne G.

Je reçois les services du Centre d'Entraide Plus de l'Estrie. Je suis très satisfaite de l'entretien ménager qui est effectué chez moi. Le Centre m'a aussi aidé à avoir une ligne téléphonique et bien d'autres choses. Je m'entends bien avec mon aide à domicile, qui est fidèle à venir passer du temps chez moi. Oui, nous pouvons faire de l'entretien ménager, mais nous avons également un bon lien amical. Nous sommes capables de nous parler et de communiquer ensemble depuis maintenant plus d'un an. Nous sommes à l'écoute des besoins de la maison. C'est très constructif. Nous avons eu un très beau support de Mme Labonté du CSSS qui a travaillé en étroit partenariat avec le Centre d'entraide plus. Merci à vous tous de votre aide depuis tout ce temps.

Suzanne G.
Un témoignage de Jean-Guy B.

L'aide apportée par le Centre d'Entraide Plus de l'Estrie est indispensable pour moi. Il y a quelqu'un qui vient faire mon ménage, nettoyer tout l'appartement, nettoyer mon poêle, mon frigidaire, mon plancher, etc. Mais l'aide que cette personne m'apporte, ça ne se résume pas seulement à de l'entretien ménager. Je suis une personne qui n'a presque jamais de visite. Mes enfants vivent à l'extérieur de Sherbrooke, donc je suis souvent seul. Quand mon aide à domicile vient faire mon entretien ménager ça me fait quelqu'un avec qui jaser. Ça me fait du bien d'avoir une présence à la maison. Entretenir un 4 et demi, c'est difficile pour moi, donc avoir de l'aide, c'est parfait. Merci au centre d'Entraide Plus de l'Estrie de m'aider à la maison.

Jean-Guy B.
Un témoignage de Claire L.

Je crois que l'aide que vous apportez aux gens est importante pour des personnes comme nous, ayant des limitations et n'ayant pas de très gros revenus. Vous avez un personnel très compétent et il serait bien qu'il y ait plus de ressources d'aide comme la vôtre. Il n'y a pas que les services d'entretien ménager qui sont importants. Votre écoute et votre façon de nous parler est également très importante. Votre aide est aussi bénéfique au niveau physique qu'au niveau psychologique. L'intervenante apporte un soutien moral et de l'aide de façon importante. Cela est non négligeable suite aux opérations qu'on peut avoir. Cela représente un bon support. Votre personnel est patient et tolérant envers la clientèle. Vos services sont donc indispensables et le gouvernement devrait vous donnez beaucoup plus de subventions.

Claire L.
Un témoignage de Suzanne B.

Étant moi-même handicapée je peux bénéficier des services que le Centre d'Entraide Plus a à m'offrir. Je suis entièrement satisfaite des préposés à l'entretien, ils sont honnêtes et d'une grande serviabilité. Je considère que l'aide apportée par le Centre est non seulement nécessaire mais indispensable. Le personnel de bureau est poli et courtois. Vous avez réussi Madame, à vous entourer d'une équipe qui saura satisfaire les besoins d'une clientèle. Je vous en félicite! Longue vie au Centre d'Entraide Plus de l'Estrie.

Suzanne B.
Un témoignage de Micheline L.

Lorsque j'appelle, la personne qui me répond est toujours très très gentille et répond à mes questions toujours poliment. La personne qui fait l'évaluation est toujours polie, gentille et me met toujours à l'aise, ce que j'apprécie beaucoup. Tant qu'à la personne qui vient m'aider pour le ménage, il ou elle fait toujours ce que je lui demande et même plus. C'est toujours bien fait. En gros, si cet organisme n'existait pas, je serais vraiment mal prise. Entraide Plus est un organisme vraiment nécessaire pour les gens comme moi qui ont un petit budget. Il ne faudrait pas qu'il disparaisse.

Bien à vous,

Micheline L.
Un témoignage de Guy M.

Il y a déjà quatre ans et demi que je dois lutter avec un cancer, ce qui nécessite des traitements de chimiothérapie aux deux semaines sur une base régulière. Les effets secondaires de ces traitements sont passablement difficiles et bien que je tienne à assumer tant que possible les obligations de la vie courante, telles que fabriquer les repas et m'occuper de l'entretient de l'appartement, dépendamment des protocoles de traitement, je connais des épisodes où mon niveau d'énergie est assez limité.

Bien que je me débrouille assez bien dans les circonstances, je dois dire qu'un peu d'aide est grandement apprécié. Aux deux semaines, Michel passe un avant midi avec moi pour m'aider à remettre tout en ordre, j'en profite pour lui confier les tâches plus exigeantes et le fait d'avoir un partenaire est définitivement plus motivant.

D'après ce que je comprends, les ressources de l'organisme sont nettement insuffisantes pour couvrir les besoins, aussi je désire remercier sincèrement l'organisme Centre d'entraide plus de l'Estrie et je vous prie de considérez que je considère comme un privilège le support apporté.

Merci !

Guy M.
Un témoignage de Denyse B.

Cette lettre est pour témoigner de tout le soutien qu'Entraide Plus de l'Estrie m'a apporté jusqu'à ce jour. Une aide qui m'est d'autant plus précieuse, qu'elle est physique, mais aussi morale.

Dans les premiers temps qu'Entraide Plus a accepté de m'octroyer une aide à domicile, pour m'aider dans les travaux les plus difficiles pour moi à effectuer, j'étais de plus en plus découragée de voir mon appartement se salir à certains endroits en particuliers. J'en perdais toute motivations, à faire le reste, je me sentais trop débordée pour venir à bout de tout cela toute seule.

La première fois que s'est présentée une personne pour m'aider et qui a fait le plus pressant à nettoyer, la motivation m'est revenue de faire le peu que je pouvais faire, de là l'aide morale. Par la suite, quand la personne se présentait, cela m'encourageait à faire les travaux les plus légers, quitte à me reposer doublement après, soulagée d'un poids. Oui, il reste toujours des coins, que la personne n'a pas le temps d'effectuer, mais le plus gros et le plus visible est fait.

Je retrouve ma fierté, quand quelqu'un vient me visiter, d'une maison propre. Merci pour l'aide au ménage et pour l'encouragement apporté.

Denyse B.
Un témoignage de Sonia F.

Par où commencer... j'ai connu le Centre d'Entraide Plus en 2010 à un tournant de ma vie où il fallait que je trouve quelque chose à faire. J'étais au point mort et je cherchais un moyen de me sortir la tête de l'eau et de ne pas tomber dans ce précipice dans lequel je sentais que j'allais lentement tomber. J'étais désespérée et complètement à terre. Quand j'ai fait les démarches pour entrer en emploi au Centre d'Entraide et que j'ai eu le rendez-vous pour avoir l'entrevue, j'étais tellement nerveuse à l'idée de passer une entrevue. Les mauvaises idées tournaient dans ma tête, je me disais que je ne serais pas choisie et qu'on allait trouver que je ne suis pas assez bonne. Cela faisait tellement longtemps que je n'avais pas travaillé. Pourquoi me choisirait-elle moi ? Vous voyez le genre de tourments que j'avais en tête. Ouf, mon petit hamster courrait très vite. La journée de l'entrevue mon cœur battait à tout rompre. Puis, j'ai fait la rencontre de cette femme merveilleuse, Manon Foucault. Mon entrevue a duré un sacré bout de temps. Elle m'a écoutée, j'ai pleuré, j'ai ris et on a rit. Elle est humaine et surtout elle m'a mise à l'aise et ne m'a pas jugée. Elle est tellement une femme généreuse.

Je suis partie l'esprit encore là plein de questionnements : « Bon, qu'est ce qui va arriver ? Mais non elle ne vas pas me rappeler c'est sur ». J'ai été poche, elle a été gentille, car je faisais sûrement pitié. J'exagère peut être, mais c'est sûrement ce que je me disais dans ce temps là. Je fus angoissée pendant quelques temps, jusqu'à ce que Manon me rappelle pour me dire que j'étais choisie. WOW quel bonheur! J'avais un nouvel emploi. Je ne l'ai pas mentionné, mais je suis maman. Je voulais donner par ma démarche, un bon exemple à mon enfant. Démontrer qu'un parent se doit de travailler, amener de l'argent à la maison. J'arrivais à mon but enfin, je dois vous dire que j'ai une tumeur au cerveau depuis quelques années. J'ai subi une opération au cerveau pour enrayer cette anomalie mais, elle est irréversible. La tumeur ne peut être retirée, mais il n'y a pas de cancer. Tout ceci me provoque de très fortes migraines, et ce, quotidiennement.

Donc, je suis devenue commis de bureau. J'ai occupé ce poste pendant 2 ans. J'ai vécu beaucoup d'émotions, comme des conflits d'intérêts avec les collègues de travail. Vous savez, le Centre offre des services aux clients, mais aussi à ses employés étant en étroite collaboration avec le Centre local d'Emploi qui financent des programmes visant à aider le retour au travail des assistés sociaux. Au Centre D'Entraide Plus De L'Estrie, nous sommes soutenus psychologiquement par Manon. C'est une femme de cœur et une femme d'affaires aussi. Après avoir été commis de bureau, j'ai occupé le poste de service à la clientèle au kiosque Loto Québec, que j'ai adoré. J'ai même eu l'expérience de remplacer la gérante qui était partie en vacances durant 2 semaines. Ce fut une expérience qui m'a permis de me surpasser autant en me faisant confiance et en me disant que j'avais le potentiel de le faire. Ce fut une réussite, j'en suis bien fière. C'est le poste que j'ai aimé, mais j'ai aussi occupé le poste d'agente de sollicitation aux cotés de Manon. Travailler aux côtés de Manon fut vraiment génial. Je devais solliciter des compagnies pour récolter des fonds pour financer les activités pour l'activité annuelle de L'Hiver En Folie, qui est L'ACTIVITÉ qui finance en gros le Centre. Je suis une personne qui aime le contact avec les gens. Je suis une personne de public. J'aime et je dois être en contact avec les personnes pour mieux vivre. Ce contact est privilégié dans ma vie sinon je ne peux vivre. Je ne suis pas capable de ne pas avoir de gens autour de moi. Les gens qui vivent sans personne autour d'eux, je ne sais pas comment ils font. Chaque être humain à selon moi besoin de contacts corporels pour vivre. Après mon expérience comme agente de sollicitation, j'ai dû quitter en février 2013, j'avais subi en décembre 2012 une seconde opération au cerveau. Ma santé n'allait pas très bien et je devais me résoudre à me reposer. Ce fut très pénible pour moi de quitter cette famille et cette femme, Manon Foucault, qui avait été pour moi une mère.

À la fin octobre 2013, je donnais de mes nouvelles à Manon, nous gardions contact. Je venais de passer à nouveau en salle d'opération pour 2 nouvelles opérations. À ce moment, Manon m'a offert des services, donc j'ai pu connaître les 2 côtés du Centre d'Entraide Plus. Il y a celui d'employés qui offrent les services et aident les gens et celui de clients qui demande des services. Vous savez les clients ont besoin de ce type de services. Ils doivent avoir des femmes comme Manon pour survivre autant comme travailleurs que comme bénéficiaires. Cette catégorie de femme est une denrée exceptionnelle.

Je me suis forgée une estime de moi en travaillant à ses côtés. Elle m'a épaulée quand j'ai eu toutes ces épreuves devant moi. J'en ai eu d'autres qui ne sont pas étalées dans ce témoignage. Je suis fière d'avoir travaillé pour elle et j'espère la garder dans ma vie, je la considère maintenant comme une amie et je l'aime et l'admire beaucoup.

Merci Manon.

Sonia F.
Un témoignage de Sylvie

Je suis diabétique depuis l'âge de 9 ans. Ça fait donc 44 ans et j'en subis les conséquences. Entre autres, je suis en train de perdre la vue.

En 2010, j'ai été opérée pour le cœur, suite à un infarctus. Durant ma convalescence, à ce moment-là, j'étais seule au monde, sans aucune aide en ayant seulement à attendre que le temps passe.

Chanceuse comme je suis, en avril 2012, suite à un coma d'hypoglycémie, et hop... fracture à la cheville droite : seulement la peau retenait mon pied. J'ai été opérée à trois reprises pour installer des vis et une tige de métal.

Ah, Ah, cette fois-ci, on m'a référée au Centre d'entraide... Miracle!!!

On m'a apporté du soutien et de l'encouragement en plus de l'aide ménagère.

Sans l'aide du Centre, je ne sais pas où j'en serais aujourd'hui.

Je vous remercie de tout mon cœur !!!

Sylvie B.
Un témoignage de Carmen

J'écris cette petite lettre afin de vous exprimer toute ma reconnaissance pour l'aide que vous m'avez fournie pour mon ménage. Cette aide m'est très précieuse étant donné que mes capacités sont diminuées depuis mes dernières opérations. La personne qui vient m'aider a fait du bon travail et c'est très apprécié.

Félicitations pour tout ce que vous faites pour aider les gens.

Merci.

Carmen L.
Un témoignage d'Ida

J'aime beaucoup les services du Centre d'entraide plus. Je me suis sentie respectée. Ils m'ont aidé quand ils ont vu que j'avais de gros problèmes de santé. J'ai eu de l'aide pour le ménage et j'ai pu parler avec eux. Ils s'intéressent à moi, quand quelque chose ne va pas.

Le Centre d'entraide m'aide beaucoup et ce que j'aime le plus, c'est leur discrétion. Je trouve ça très important.

Je vous dis un gros merci à toute l'équipe pour votre support moral, car suite à mon deuxième avc, j'ai dû réapprendre à parler, à marcher et à me servir de mon bras.

Merci aussi pour le beau travail que vous faites dans mon appartement.

Ida J.
Un témoignage de Paul-Émile

J'apprécie beaucoup l'aide que m'apporte le Centre d'Entraide. Quand je devais faire moi-même mon ménage, je ressentais une fatigue extrême et une baisse énorme d'énergie. Le fait d'avoir de l'aide améliore beaucoup ma qualité de vie.

Au début, j'aurais préféré que ce soit une femme, car elles sont plus minutieuses et perfectionnistes que les hommes. J'apprécie beaucoup la qualité du travail de l'aide que vous m'envoyez, car il est minutieux, il est à l'écoute de mes demandes et il est très ponctuel.

De plus, le fait d'avoir quelqu'un avec moi dans la maison, on peut échanger tout en travaillant.

Je me bats avec le cancer depuis 2007. De plus, le bas de ma colonne est atrophié, je n'ai plus de mœlle osseuse ni de coussins entre les disques. D'ailleurs, en mars 2013, le médecin m'a dit que je n'en avais que pour six mois à vivre. J'aimerais mieux être en santé et ne pas avoir besoin d'aide, mais dans ma situation actuelle, j'apprécie beaucoup l'aide que vous m'apportez.

Je trouve que votre service est très professionnel et très humain. Je reçois des appels de temps à autres pour m'encourager dans ma maladie.

Merci!

Paul-Émile B.
Un témoignage de Léo

À partir du moment où ma travailleuse sociale m'a parlé du Centre d'Entraide Plus de l'Estrie, il m'est arrivé des choses merveilleuses.

Depuis qu'une personne vient m'aider pour mon ménage, je suis encouragé à garder mon logement propre. Avant de recevoir vos services, je n'avais pas le cœur à faire le ménage et j'étais parfois très découragé de ne pas en faire plus. Je me sens très à l'aise de recevoir de l'aide, car je sens qu'il est heureux de venir à tous les deux vendredis et il sait ce qu'il a à faire et il le fait très bien.

J'avais un service à toutes les semaines et quand j'ai commencé à recevoir vos services aux deux semaines, ce qui est maintenant suffisant, je m'ennuyais beaucoup. Et je me suis habitué à ce rythme et j'attends sa visite.

Heureusement, j'ai la visite de Sylvain, mon géant vert, une fois par semaine. Sa présence a fait disparaître mon anxiété à être seul. Je parle beaucoup avec lui et je me sens utile, car on s'entraide beaucoup tous les deux.

Depuis que je bénéficie de la présence de personnes du Centre d'entraide, je suis beaucoup plus joyeux et je suis heureux de faire le peu que je peux pour garder mon appartement propre.

Léo D.
Un témoignage de Claude

Quand vous êtes venus chez moi, je n'avais plus d'eau chaude et je me suis senti appuyé dans mes démarches pour avoir ce service.

Avant d'avoir votre aide, je me sentais seul et j'étais découragé.

Je suis heureux, car j'ai de la visite à toutes les deux semaines et en plus, la personne m'aide pour entretenir mon logement.

Merci de m'appuyer dans mes démarches!

Claude. D.
Un témoignage de Marie-Josée

MERCI!

Il n'est pas facile de demander du soutien! De prendre la main que l'on nous tend! Dans mon cas, c'était impensable!

Je crois important de faire un bref survol de mon histoire... Il sera ainsi facile d'imaginer tout le travail de persuasion qu'à dû faire l'intervenant du Centre d'Entraide Plus de l'Estrie, pour me convaincre que j'étais en droit de recevoir du soutien moi aussi, sans en avoir honte!

Depuis que je suis toute petite, j'ai appris à donner plutôt qu'à recevoir. Très tôt dans ma vie, j'ai dû endosser de grandes responsabilités... Dès mon très jeune âge, aidée de mes 2 sœurs, nous étions en charge du ménage de la maison, du sous-sol, en passant par le 1er étage et en terminant par le 2e...

Adolescente, je devais préparer les repas du souper puisque ma mère et son mari travaillaient à temps complet.

À l'âge de 17 ans, je volais déjà de mes propres ailes ; Appartement à payer, dépenses courantes, frais d'études, etc. Il était donc essentiel de combiner travail et études à temps plein. Après toutes ces années de course folle, diplôme en main, j'étais prête à m'investir pleinement dans le monde de l'enseignement!

À l'âge de 27 ans, j'ai reçu le plus merveilleux des cadeaux, j'étais nouvelle maman de jumeaux, les trésors de ma vie, Samuel et Simon!

Vers l'âge de 30 ans, devenue maman monoparentale, je jonglais avec les rôles les plus importants de ma vie, Maman et enseignante à temps complet.

Puis, un jour, mon corps ne répondit plus! J'y avais puisé toute l'énergie possible, sans jamais m'arrêter pour refaire le plein! Difficile de comprendre et encore plus d'accepter la situation... Moi qui avais toujours su tout prendre en main, pour le bien de mes enfants, de mes élèves, de mes amies, de ma famille! Le diagnostic était tombé, dépression majeure! Ouf!

Par le biais de mon médecin traitant, qui m'avait référé au CLSC, voilà qu'après toutes ces années, un service d'aide à la maison m'était proposé! Le Centre d'Entraide Plus de l'Estrie me tendait la main!

Une rencontre d'évaluation a été fixée. J'attendais donc la venue de l'intervenant du Centre, avec grande fébrilité, avec gêne et avec ce petit sentiment de honte d'avoir dû montrer ma faiblesse!

Le jour de notre rencontre arrivait à grands pas... Bien sûr, j'ai passé quelques heures à ranger la maison! Passer l'aspirateur, plier et ranger les vêtements de mes ados, faire la vaisselle, nettoyer la salle de bain... J'ai tout de même un peu de fierté ? Vidée de toute énergie, j'étais prête à l'accueillir!

Par sa simplicité, son écoute et surtout beaucoup de patience, il a réussi à me faire comprendre que oui, j'avais le droit de prendre la main tendue par le Centre! Il a su faire disparaître la culpabilité qui m'habitait lorsque je pensais à toutes ces personnes qui avaient sûrement de plus grands besoins que moi!

Pour clore notre rencontre, il m'a posé une seule question. Si on résumait notre rencontre en un mot, qu'est-ce que vous diriez?...

Ma réponse s'est résumée à un seul mot : MERCI!

Encore une fois, merci! Le Centre d'Entraide Plus m'a tendu la main, sans demander en retour, sans jugement, sans préjugé pour la maladie. Merci d'offrir votre soutien!

Un merci tout particulier à l'intervenant, pour ce qu'il est, un homme sensible, humain, respectueux! J'ose croire que sans lui, je n'aurais sans doute pas accepté l'aide qui m'était offerte!

Un grand merci à l'aide à domicile! Par sa présence, son écoute, son ouverture, son énergie, son professionnalisme, elle transformait les tâches ménagères, en un instant précieux... Qui peut le croire! Je me sentais à nouveau fière du travail accompli, j'étais épaulée, encouragée, écoutée! Elle illuminait mes journées!

Merci à l'aide-intervenante qui mettait du soleil dans ma journée lorsqu'elle me confirmait un soutien dans la semaine!

MERCI! Tout simplement!

Marie-Josée S-J.
Un témoignage de Suzanne

Madame la directrice,

Je suis une personne handicapée c'est-à-dire que j'ai fait une chute à mon milieu de travail. Je me suis blessée au dos et cette douleur chronique se ressent dans ma jambe droite.

Je me suis permis d'expliquer mon cas puisque la personne qui s'occupe de mon entretien ménager (affiliée au Centre d'Entraide Plus) m'a offert une aide très bénéfique.

Je suis dans l'impossibilité de faire une traction légère soit : porter des sacs d'épicerie, sortir des effets de ma valise d'automobile, laver la baignoire, m'agenouiller etc.

Mon handicap ne me permet pas non plus de passer l'aspirateur et de laver mon plancher.

Le Centre d'Entraide m'a été d'une aide indispensable, salutaire et sa probité se doit d'être encouragée et supportée.

Je n'ai que de bons mots à dire concernant le Centre d'Entraide.

Ses employés sont d'une honnêteté et d'une discrétion absolue. En l'espace de trois mois, je n'ai eu à me plaindre d'aucun retard.

Les employés font un excellent entretien ménager et leur serviabilité est à souligner.

La direction s'est toujours avérée efficace, courtoise et d'une amabilité envers leur clientèle.

Je souhaite très ardemment que le Centre d'Entraide soit encouragé et supporté afin que les personnes ayant besoin d'aide puissent en avoir : une aide indispensable et précieuse.

Je me réjouis d'être une cliente du Centre d'Entraide Plus de l'Estrie.

Avec mes meilleures salutations,

Suzanne
Un témoignage de Yolande

Bonjour à tous,

Mon nom est Yolande M., j'ai 34 ans et mère de 4 enfants.

Ca fait un peut moins de 2 ans que je suis ici au Canada, au Québec avec ma famille. À notre arrivée le 8 octobre 2010, je suis tombée enceinte trois semaines plus tard. J'ai accouché de deux jumelles le 5 Juillet 2011. Et cela été difficile car avec deux premiers enfants, dont un en bas âge, sans repères solides à Sherbrooke, j'étais comme débordée.

Donc, j'ai reçu un petit livret avec des organismes qui apportent de l'aide aux personnes et aux familles en situation de difficultés organisationnelles.

Le Centre d'Entraide Plus de l'Estrie est venue chez moi à la maison, je n'ai pas eu besoin de me déplacer vu que j'avais des nourrissons, ils ont évalué ma situation au détail près.

Quelque temps après, ils m'ont envoyé une personne pour m'aider pendant trois heures aux deux semaines. Et depuis plus de 6 mois, j'ai régulièrement reçu un préposé à chaque deux semaines, selon ma disponibilité qui vient m'aider à ranger les affaires, à faire le ménage, la vaisselle et pleins d'autres choses. Je suis d'autant plus reconnaissante au Centre d'Entraide, que ces services sont gratuits. Pour les mêmes services, je paierais au moins 12 à 13$ de l'heure. Je n'ose même pas imaginer quelle fortune cela représenterait pour une famille avec des revenus très modestes comme la mienne.

Je souhaite que le Centre d'Entraide continue à soulager davantage des gens qui ont besoin d'aide, c'est extraordinaire de bénéficier d'autant de générosité dans ce monde ultra intéressé et en déshumanisation croissante.

Merci au Centre d'Entraide Plus de l'Estrie.

Que Dieu vous bénisse.

Cordiales salutations,

Yolande
Un témoignage de Serge L.

Un petit mot pour dire comment un organisme comme le Centre d'Entraide Plus est primordial. Je suis diagnostiqué ayant de l'arthrose dégénérative sévère et souvent, je suis incapable de forcer ou même de faire le minimum requis pour avoir un logement propre. Donc, les aides à domicile sont d'un secours inimaginable. Et que dire de voir ton logement propre! Cela te remonte le moraln ce qui met un baume sur la maladie. Donc, vous êtes indispensables, avec surtout, le vieillissement de la population, donc un gros Merci.

Serge L.
Un témoignage d'Anissa

À l'âge de 13 ans, j'ai été diagnostiquée de la maladie de la fibrose kystique. J'ai alors été hospitalisée et je suis donc entrée officiellement dans le milieu hospitalier pour le reste de ma vie. Je ne réalisais pas vraiment ce qui m'arrivait à ce moment-là. J'ai ainsi vécu mon adolescence en me sentant déjà bien différente de mes camarades en plus d'être à la recherche de mon identité.

Comme j'avais bien hâte d'être indépendante et autonome, j'ai décidé de déménager en appartement à la fin de mon secondaire. Je venais tout juste d'avoir 17 ans.

C'était beaucoup trop tôt pour assumer entièrement toutes les responsabilités du monde majeur, surtout étant atteinte d'une maladie sévère. J'ai ensuite connue la vie de couple à 19 ans, pendant un peu plus de deux ans. N'étant pas du tout encore en contrôle de cette maladie et n'ayant surtout pas accepté la situation de santé que je vivais, j'ai alors fait plusieurs erreurs ce qui affecta grandement mon couple. La séparation fut la chose la plus difficile à mes yeux. Je mis plusieurs années à faire mon deuil. En janvier 2011, j'ai décidé de me reprendre en main en me prenant un appartement à moi toute seule. Ayant habité toute ma vie en famille ou en colocation, le fait de vivre seule et laissée à moi-même fut la chose la meilleure, mais la plus difficile.

J'avais une peur bleue de faire face à ma maladie dans cette solitude. J'avais été entourée toute ma vie et j'avais toujours eue des gens sur qui je pouvais compter, mais à ce moment-là, lorsque j'ai pris cet appartement, je n'avais que moi. Mes vieux fantômes ont refait surface et je devais faire un cheminement énorme pour retrouver mes esprits et accepter MA VIE ! J'avais besoin de soutien et c'est à ce moment là que ma travailleuse sociale m'a référée au Centre d'Entraide. Ce qui me causait des problèmes dans ce temps-là, c'était d'entretenir mon appartement. Étant atteinte d'une maladie respiratoire, les produits nettoyants et l'effort physique que demandent les tâches ménagères, cela était au dessus de mes forces. Comme les démarches étaient entamées pour me faire greffer, je devais faire attention. J'avais une capacité respiratoire de 30 % et je souffrais constamment d'hémoptysies... Un an plus tard, je suis maintenant bien. J'ai repris une capacité respiratoire de 60 % et les hémoptysies sont moins constantes.

Si je n'avais pas reçu l'aide du Centre pour faire mon ménage, je peux vous affirmer que je ne serais peut-être plus de ce monde aujourd'hui. Non seulement, je suis encore là, mais en recevant cette aide, cela m'a permis de travailler sur moi et d'accepter mieux la vie et la maladie, ce qui m'a redonné de la force et de rattraper un état exceptionnellement bien. Un état qui me rend capable de bien fonctionner. J'entends par là :
  • Prendre une douche ;
  • Me faire à manger ;
  • Faire mon épicerie ;
  • Faire des traitements et profiter un peu de la vie…
Tout ça dans la même journée. Chose qui m'était impossible l'an passé.

Le Centre d'entraide m'a apporté un soutien qui a non seulement été grandement apprécié, mais il m'a permis de repousser ma greffe parce que mon état s'est miraculeusement amélioré au point que les médecins sont énormément surpris, car la fibrose kystique est reconnue comme une maladie dégénérative, incurable, mortelle. Grâce à vous, j'ai maintenant l'espoir de continuer encore pendant de nombreuses années et si ça continue d'aller bien, je pourrai peut-être même retrouver l'espoir d'être mère un jour et de voir mon enfant grandir.

Merci au Centre d'Entraide plus, vous changez ma vie !

Anissa
Retourner en haut de la page


Les témoignages des employés
Un témoignage de Jacques

Bonjour,

Je travaille au Centre d'Entraide Plus de l'Estrie depuis décembre 2015. Ma confiance en moi était à son plus bas, je me voyais comme une personne complètement inutile, je n'étais pas fier de moi et je n'étais vraiment pas heureux. Je n'avais pas beaucoup d'espoir de me retrouver un travail suite à un temps d'arrêt de trois ans pour des problèmes de santé et des problèmes personnels. Après plusieurs jours d'hésitation, j'ai pris mon courage à deux mains et je me suis présenté au Centre en personne pour offrir ma candidature. Heureusement, lors de mon entrevue, la directrice a vu mon potentiel et m'a donné ma chance. Rien de tel pour regagner sa confiance que de se remettre dans l'action.

Le travail m'oblige à avoir une discipline de vie que je n'avais plus, j'ai rebâti petit à petit ma confiance en moi et je reconnais désormais mes aptitudes et mes qualités personnelles parce qu'on me les a fait voir. Je me sens utile et ma vie a désormais un sens. Je serai toujours reconnaissant qu'on m'ait donnée ma chance. Je suis très heureux de faire partie d'une équipe extraordinaire, des gens dynamiques, faisant preuve de compassion et avec beaucoup d'écoute.

Jacques
Un témoignage de Céline

Bonjour,

Je suis une femme de 50 ans. Depuis mon tout jeune âge, je vis avec un trouble d'anxiété sociale. Au fil des années, j'ai eu des jobs que je n'ai jamais pu garder car mes symptômes étant trop envahissants physiquement. Ma famille était dysfonctionnelle et les ressources étaient moins accessibles qu'aujourd'hui. Je n'ai pas vécu des années très faciles et mon estime de moi et ma confiance en furent très affectés. À 48 ans, après une thérapie super efficace, je me suis essayée de nouveau sur le marché du travail.

Un des plus beaux jours de ma vie fut ma rencontre avec la directrice du Centre d'Entraide Plus de L'Estrie, une personne avec une approche très humaine, à l'écoute de l'autre et qui sait très bien cerner les autres. J'ai tellement aimé mon expérience au Centre! Ce fut le point culminant pour moi. Je ne peux pas passer sous silence ce que le Centre a fait pour moi. Ce fut une expérience hors du commun, un milieu de travail idéal pour réapprendre à fonctionner en société. L'atmosphère de travail y est très sérieuse, et tous les intervenants ont été d'un support incroyable. Ils sont à l'écoute et disponibles pour nous aider, et très respectueux des autres. La directrice y apporte ses valeurs de respect de l'autre, de positivisme. C'est l'endroit idéal pour reprendre confiance en soi et retrouver son estime de soi. Aujourd'hui, je fais un cours en comptabilité et je suis prête pour les défis. Je ne pourrai jamais remercier assez toute l'équipe et la directrice, qui ont contribué à ce que j'ai une deuxième chance dans la vie. Je recommande fortement cet endroit à qui veut revenir prendre sa place au sein de la société.

Céline
Un témoignage de Marco

Bonjour à tous et à toutes.

Je travaille au centre depuis deux ans comme aide-accompagnateur à domicile. Au départ, j'ai eu un contrat d'un an et ensuite Manon a demandé que je puisse rester pour une autre année. Ceci m'a bien fait plaisir que mon employeur veuille à ce point me garder. J'ai été très heureux d'avoir une extension pour le programme PAAS-Action.

J'adore aller chez les gens pour les aider à sortir de la solitude. Même si nous vivons dans un monde où les moyens de communication sont si nombreux. En plus, je peux me servir des outils que je possède pour conseiller mes clients de plusieurs façons et que ceux-ci se sentent moins désorganisés, ce qui a pour effet de baisser leur niveau de stress de façon considérable. De plus, je fais le suivi de leur situation avec les personnes responsables au Centre d'Entraide, qui a leur tour font des démarches directes avec les intervenants du réseau de la santé pour les clients du Centre. Ceci a souvent pour effets de faire avancer des dossiers ou en ouvrir avec les professionnels dont nos clients ont besoin. Les interventions du Centre font des miracles à tous les jours, et ce depuis plus de 20 ans.

Le Centre pour lequel je travaille a une réputation que bien d'autres organismes peuvent envier. Si nous sommes là depuis si longtemps, c'est que nous avons la formule adéquate. Je dis « nous » car je me sens important au travail puisqu'on me le dit.

J'aime mon employeur, Manon Foucault, et de plus je l'admire pour tout le bien qu'elle a fait dans ce monde.

Je m'adresse à toi directement, Manon. Ton intérêt envers moi, les défis que tu m'as souvent donnés ont vraiment réveillé la confiance et la croyance en moi et par-dessus tout, l'amour. Mon passage au Centre m'a permis de fermer un chapitre de ma vie et d'en ouvrir un autre beaucoup plus lumineux. Grâce à toi, je vois ma vie comme un long fil. Te dire merci me semble beaucoup trop pâle comme mot, alors je vais continuer à m'impliquer avec le Centre car l'énergie, l'amour, le respect, mais surtout la confiance qui s'y trouvent sont trop bons pour m'en séparer. J'ai le Centre d'Entraide gravé sur le cœur et ce pour toujours.

Marco
Un témoignage de Nancy

Bonjour à vous.

Je désire vous faire part de mon aventure au Centre d'Entraide Plus de l'Estrie, mais avant je vais vous raconter comment je me suis retrouvée chez eux.

J'ai envie de vous dire que cela n'a pas été facile. Depuis novembre 2012, j'ai repris ma vie. Je devais quitter un mode de vie malsain. À partir de ce moment, j'ai pris conscience qu'il fallait me mettre en action afin de reconstruire mon estime et ma confiance. Je faisais du bénévolat dans mon quartier auprès de différents organismes communautaires.

Alors, en novembre 2015, je décide d'aller m'inscrire au Centre local d'emploi pour travailler comme aide à l'entretien ménager avec le Centre d'Entraide Plus de l'Estrie. Je rencontre la directrice afin de lui démontrer que je veux me prendre en mains. Je suis accueillie les bras grands ouverts, même si à ce moment j'ai les cheveux rasés. Cette même année, j'ai dû arrêter pour prendre soin de moi. J'ai séjourné en psychiatrie pendant un mois pour découvrir un diagnostic de TPL.

Malgré ce diagnostic, au Centre, on m'a fait confiance. Cela m'a permis de mettre mon talent d'aide-ménagère en pratique.

Ce travail m'a vraiment enrichie. J'ai fait deux contrats de six mois. J'ai fait la connaissance de gens ayant besoin d'aide, ça me faisait chaud au cœur. Des sourires, des remerciements, c'était ma paye. J'ai rencontré des personnes extraordinaires, certaines vivant de la solitude, d'autres ayant une mobilité réduite, des familles qui avaient besoin de répit. Des chats, des chiens qui m'accueillaient avec facilité chez certains clients. Des enfants qui m'offraient des bricolages.

Lorsque j'allais chez mes clients, j'apportais mon sourire, mon écoute mon sens de l'humour et mon vouloir d'apporter une aide humanitaire en faisant du ménage. Maintenant je crois en mes capacités. Je suis rentrée au CIME en février et maintenant je désire avoir plus de connaissances. Alors je suis présentement en démarche pour suivre une formation de manœuvre en atelier afin d'avoir plus d'atouts. Cette formation commence en mai 2017.

Merci mille fois de m'avoir permis de cheminer avec votre super équipe.

Nancy
Un témoignage de Carole

J’ai fait mes études en trois parties au niveau du cégep. La première partie, je l’ai faite à St-Hyacinthe en sciences pures alors que je voulais être cardiologue pour sauver la vie de mon père qui souffrait de problèmes cardiaques. Je me suis rendu compte que je n’avais pas les notes pour cela, donc j’ai arrêté mes études pour aller sur le marché du travail.

Quelques années plus tard, alors que j’étais monoparentale, j’ai décidé de retourner aux études, car je voulais que mon fils ne manque de rien dans la vie. Je ne voulais pas qu’il vive la même vie que moi quand j’étais jeune (j’arrive d’une famille que je qualifierais de dysfonctionnelle). Je me suis présentée au Carrefour Jeunesse Emploi pour faire une orientation de carrière. C’est alors que j’ai décidé de faire des études comme technicienne en travail social.

J’ai donc commencé à temps partiel pendant que je travaillais au dépanneur Couche-Tard, également à temps partiel. J’ai fait tous mes cours de base à Drummondville. Par la suite, j'ai déménagé à Sherbrooke pour suivre le reste de la technique. J’étais encore monoparentale jusqu’à la dernière session. Étant donné que pour les deux dernières sessions, les cours étaient devenus à temps plein, j’ai dû avoir recours à de la médication pour éviter que je tombe en dépression majeure et pour arriver à finir mes études.

Lorsque je suis arrivée à la dernière session, j’ai rencontré mon conjoint et je suis tombée enceinte de lui rapidement, ce qui nous a rapprochés. Lors de l’examen final, j’ai échoué de quelques points. J’ai donc dû reprendre l’examen en août 2008 et j’ai réussi. Cependant, il y avait un petit problème pour que j’aille sur le marché du travail : comme j’étais enceinte de jumelles, j’avais un gros très gros ventre et donc, pas d’emploi. Mon premier emploi dans mon domaine a été lorsque mes filles avaient 18 mois. Avant de postuler au Centre, j’ai travaillé au Blitz du Dollar et dans un dépanneur parce que je n’arrivais pas à trouver un emploi dans mon domaine.

J’ai eu dans ma vie quelques patrons très particuliers qui ont su me rabaisser et me faire perdre confiance en moi. J’ai vécu des évènements majeurs au cours des dernières années, dont la naissance d’un quatrième enfant. À la suite de ma dernière grossesse, j’ai perdu mon emploi en raison d’une modification de poste. De plus, j’ai fait ma première dépression post-partum et j’ai dû faire une thérapie intensive à l’Hôtel Dieu. Lorsque j’ai voulu me trouver un autre emploi dans mon domaine, cela a été impossible. Par la suite, j’ai appris que mon fils deviendrait aveugle s’il ne subissait pas une intervention le plus rapidement possible ; cependant, nous sommes toujours en attente. En plus des difficultés familiales présentes, j’ai un diagnostic de TPL, de dyslexie et un léger trouble d’attention, ce qui fait que le retour à l’emploi m’a été un peu plus difficile. Cela m’a causé beaucoup de stress et une immense perte de confiance en moi. De plus, cela a fait en sorte que je me sens plus facilement blessée par les autres et que je me replie sur moi-même.

J’ai sollicité un emploi au Centre six mois avant d’être engagée. Un jour, je regardais sur internet et j’ai remarqué l’annonce du Centre. La veille j’avais reçu un message pour me fixer une entrevue au Centre, sans même avoir pris conscience que mon annonce était le même que mon message sur le répondeur. J’avais décidé d’aller aux deux endroits la même journée. Lorsque j’ai pris mon message, je me suis rendu compte que c’était la même place. Drôle d’adon…

J’ai été engagée le 19 octobre 2015 comme intervenante et j’ai eu l’heureuse possibilité d’être prolongée pour une période de 4 mois supplémentaires. Le Centre m’apporte un équilibre en plus de me donner la chance d’acquérir une dignité. Je ne saurais jamais assez exprimer ma reconnaissance envers Manon qui m’a donné une chance que j’apprécie du fond du cœur et encore plus depuis mon renouvellement. J’ai découvert des capacités dont j’ignorais l’existence et la confiance que j’ai en moi s’est améliorée, ainsi que mon estime. Je me suis améliorée dans la rédaction de rapport ainsi qu’avec mon doigté. J’arrive maintenant à être en meilleure relation avec les autres et à m’exprimer davantage au niveau de mes émotions. Avant j’avais plusieurs armures comme carapace. J’estime être une meilleure personne et une meilleure employée, mais je sais que j’ai encore à gagner pendant le temps qu’il me reste au Centre. Grâce au Centre j’ai eu enfin la chance d’avoir un travail à la hauteur de mes capacités.

Carole
Un témoignage de Sylvie

Je suis une mère de cinq grands enfants et grand-maman de six petits-enfants. Je ne savais pas où me diriger dans la vie lorsque mes enfants ont quitté la maison pour vivre leur vie d’adulte. Lorsqu’une agente du Centre d’Emploi m’a téléphoné pour un entretien, comme j’étais admissible à un programme d’aide à l’emploi, vers la fin de l’entretien elle m’a envoyée au C.O.R.E. de l’Estrie. La vie arrangeant bien les choses, l’orienteur de ce centre m’a suggéré d’aller rencontrer la directrice du Centre d’Entraide Plus de l’Estrie. À ma grande surprise, ma rencontre avec la directrice a su me mettre à l’aise et dissiper mon stress, car c’est une personne sympathique et aimable, avec un rire contagieux.

Madame Foucault m’a engagée il a de cela un an et demi au poste de commis de bureau. Le fait de travailler au Centre m’a permis de m’épanouir, d’avoir confiance en moi et de faire ressortir mes qualités comme la patience. Cela m’a également appris à savoir mettre mes limites et à développer ma capacité à m’adapter aux autres pour les former adéquatement. La directrice sait reconnaître nos forces et nous encourager à utiliser notre créativité. Cela m’a permis de mettre cette qualité en pratique dans diverses tâches et de m’ouvrir aux autres. En plus, j’ai réappris à faire confiance. Je veux remercier la directrice de m’avoir donné l’opportunité de grandir lors de cette expérience de travail épanouissante.

Sylvie
Un témoignage de Marco

Je travaille au Centre d’Entraide Plus de l’Estrie depuis 8 mois et je suis ravi de faire partie de cette accueillante équipe qui m’aide à parfaire mes aptitudes et à voir un futur plus prometteur pour moi.

Je souffre d’anxiété généralisée et d’hypervigilance après un choc post-traumatique. Ne pouvant pas travailler pendant des années, j’ai eu le besoin de me sentir utile dans la communauté, de donner.

J’ai une formation en santé mentale et en relation d’aide, et j’ai travaillé dans ce domaine longtemps, ce qui est un outil de plus dans mon travail actuel. Je suis maintenant aide de soutien-accompagnateur à domicile et je me sens enfin utile. Je fais une différence dans la vie des clients que je vois. C’est bon de se sentir important dans la vie d’autres personnes. Je les écoute, je suis en sorte un confident. L’équipe du Centre m’aide, me donne des outils, m’encadre et me soutien, ce qui fait que je ne me sens ni seul, ni jugé, mais inclus.

Mais ce qui est le plus important est que je gagne ma vie, comme on dit! Je suis actif et surtout vivant. Je tiens à remercier tout le monde qui fait que des gens comme moi puissent travailler, grandir, s’accomplir et participer à une vie plus positive.


Marco
Un témoignage de Tania

À toute l’équipe, les employés, les clients et à la chère personne qui prend le temps de me lire

J’aimerais tout d’abord remercier l’équipe du Centre d’Entraide Plus de l’Estrie. Merci pour toute la confiance que vous m’avez accordée, merci pour tout l’amour que vous m’avez donné, merci pour tout le soutien que vous avez apporté aux clients et à moi-même.

Merci à Manon qui m’a permis d’avoir ma chance. Une des premières personnes qui a su croire en moi dès le premier instant ! Merci aussi à la belle Carolyne.

Un merci particulier à Brigitte, qui un matin a su me soutenir et me conseiller. Elle m’avait conseillé de lire un magnifique livre : «Sois ta meilleure amie» de Josée Boudreault. Moi qui n’appréciais pas tant lire à ce moment… Ça m’a ouvert les yeux ! J’ai acheté le premier livre et mon copain d’amour m’a offert le deuxième : «Sois ta meilleure amie, encore plus», suite aux changements et au bien-être que ce livre me procura. Depuis, j’aime lire !

Au moment que je vous écris, je suis à l’école. Qui aurait cru que j’aimerais autant le retour à l’école? Je crois que c’est en partie parce que je me sens maintenant beaucoup mieux dans ma peau, dans ma tête et mon dans mon cœur.

Grâce à mes efforts soutenus et à ma persévérance, j’ai réussi mon rétablissement et je continue mon travail sur moi-même quotidiennement. Non, ce n’est pas toujours facile, mais c’est de mieux en mieux chaque jour, chaque semaine, chaque mois et bientôt je dirai chaque année !

Les clients m’ont apporté beaucoup d’amour de confiance et de reconnaissance ! Je me suis retrouvée en partie grâce aux clients et à toute l’équipe du Centre.

J’écris ce témoignage et j’en ai les larmes aux yeux… Fière de tout ce que j’ai accompli et fière de cette entreprise, de ce qu’elle apporte autant aux employés qu’aux clients.

J’ai un diagnostic de TPL (trouble de personnalité limite) type bipolaire avec anxiété sévère, et j’ai réussi ! Durant 4 ans, j’ai été en arrêt de travail… mais ces 4 ans, je les ai utilisés pour prendre soin de moi, me comprendre, me rétablir. Le Centre a été la fin de mon rétablissement et le commencement d’une nouvelle vie avec de beaux défis à relever.

Je suis présentement étudiante au Centre de formation professionnelle 24 juin en comptabilité et j’adore ça. J’ai de superbes projets après mes études et j’espère de tout cœur y parvenir. Ah oui ! Depuis le début de l’année, j’ai des succès dans mes examens dont la moitié sont des 100 %. Je suis fière de moi !

L’an passé, il y avait ce jeune homme atteint de schizophrénie, qui lui aussi a réussi son cheminement et a obtenu son diplôme en soins infirmiers. Il m’a inspiré et m’a donné la foi de foncer et d’entamer un retour aux études. J’ai trouvé cela remarquable !

Je veux vous dire que tout est possible, tout est possible avec les efforts que vous accordez à votre rétablissement et avec tout l’amour que vous vous donnez.

Aimez-vous, respectez-vous et ayez confiance en vous et en votre intuition.

J’espère vous avoir inspiré à mon tour, j’en serais très fière !

Encore un énorme Merci (- :

Tania
Un témoignage de Karine

Pendant quelques mois, j'ai eu la chance d'être bénévole parmi la belle équipe du Centre d'Entraide Plus de l'Estrie. Je souhaitais acquérir de l'expérience et c'est que j'ai fait! J'étais bénévole afin de leur offrir de l'aide, mais en tant qu’éducatrice spécialisée de formation, être bénévole m'a beaucoup aidé. En effet, parce que depuis un certain temps je ne trouvais pas d'emploi et j'en étais déstabilisée ainsi qu'un peu découragée. Le Centre d'Entraide Plus de l'Estrie m'a aidé à prendre confiance en mes capacités en tant qu'intervenante bénévole et j'ai également pu acquérir de nouvelles connaissances ainsi qu'utiliser celles que j'avais précédemment acquises.

Chaque client est différent. Chacun a ses forces et chacun a ses propres bagages ou expériences de vie ainsi que situations particulières. Ils sont uniques et c'est à nous de nous adapter à eux afin de les outiller ou de les aider du mieux que l'on peut. Les situations auxquelles nos clients sont confrontés sont difficiles et éprouvantes. Ces situations doivent souvent marquer les intervenants, mais ce qui ne cessera de m'impressionner est leur façon de se relever ou de foncer malgré la difficulté. Ils sont résilients et nous confrontent parfois dans nos valeurs.

En tant qu'intervenante, une des premières choses qu'on apprend c'est qu'il faut faire attention au jugement parce qu'il est extrêmement facile de juger les autres ou leurs problématiques sans savoir ce qu'ils vivent au quotidien. Parfois on a seulement la vision d'une personne et nous avons tendance à juger sans jamais demander la version de l'autre personne concernée. Bref, tout ça pour dire que même si on y fait attention, il est facile de juger. Je me suis aperçu que souvent, les personnes qui bénéficiaient du bien-être social étaient jugées. Dans mon entourage, ce que j'entendais c'était qu'elles choisissaient de ne pas travailler pour avoir de l'argent. Les gens ne sont pas assez informés. Avec le Centre d'Entraide Plus de l'Estrie, on comprend facilement que ces gens en bénéficient pour des raisons tout autres : accident de travail, maladie dégénérative, cancer, personne surchargée par plusieurs responsabilités, etc.

Ayant peu de connaissance du milieu communautaire, j'ai vraiment adoré l'expérience. Du premier coup d’œil, on voit que les gens du milieu communautaire ont du cœur et de la passion pour les gens qu'ils accompagnent dans leurs démarches. Ils veulent vraiment aider et soutenir le plus possible leurs clients et franchement, c'est beau à voir.

Je dois également remercier l'équipe. En effet, c'est une équipe de feu si vous me permettez l'expression, parce que l'on s'y tient les coudes, que l'on s'y sent inclus et supporté.

Karine
Un témoignage de Martine

Je suis d’origine Rwandaise et je suis ici depuis 7 ans et demi. J’ai bien aimé l’expérience que j’ai eue en travaillant comme aide à domicile au Centre d’Entraide Plus de l’Estrie. Au début, je ne me sentais pas à l’aise du tout, car je me demandais comment j’allais y arriver, mais grâce à l’équipe qui nous dirige, j’ai été capable de faire ce qu’il fallait faire. Ce qui est bien, vu que c’était la première place où j’ai été engagée. Maintenant, lorsque j’envoie mes CV, je trouve de quoi y mettre qui montre que moi aussi j’ai une expérience sur le marché du travail.  Je dirai que ça m’a aidé de découvrir que ma plus grande qualité est la patience, et la patience est très importante au travail. Suite à mon projet au Centre d’Entraide, je me suis inscrite en techniques infirmières et je poursuis ces études depuis août 2015. Merci!

Martine
Un témoignage de Mary-Ann

Bonjour à tous,

En 2010, j’ai eu l’opportunité de venir travailler pour le Centre d’Entraide Plus de l’Estrie en tant qu’intervenante. Ayant peu de connaissances sur l’ensemble des tâches et responsabilités de ce métier, cette expérience m’a permis de les connaître et de déterminer dans lesquelles j’avais de l’intérêt et du talent. J’ai découvert mes forces au niveau de la relation d’aide et l’évaluation des besoins. J’ai pu approfondir ma connaissance du milieu communautaire, ce qui est primordial.

De plus, de côtoyer au quotidien des gens de l’équipe de soutien, ayant plus que leur part de défi, est une inspiration. Enfin pour moi qui cherchais à clarifier mon changement de carrière, le Centre d’Entraide a été un milieu d’apprentissage formidable. Comme pour nous tous qui y travaillons, c’est une opportunité de se découvrir et de se développer. J’ai aimé pouvoir rencontrer l’humain dans ses forces, ses défis, dans son imperfection.

La première chose qui m’a surprise a été de voir cette grande solitude qui caractérise la majorité des histoires. Souvent les gens sont seuls, sans réseau, sans support. C’est dans nos moments de faiblesse que notre réseau devient si important et qu’il peut nous manquer cruellement. C’est souvent lorsque la maladie perdure, qu’il s’effrite. Nos aides peuvent combler en partie ce manque. Nous permettant également, lorsqu’il y a un réseau, qu’il ne s’épuise pas. J’ai rencontré tant de braves gens qui ne veulent pas déranger et qui demandent cette aide seulement en dernier recours. Alors nous y allons, nous les aidons dans les tâches ménagères, mais avant tout, cela devient un support moral. Les aides apportent en brin de fraicheur et une écoute importante. Ils sont parfois les seuls yeux qui apportent la reconnaissance à l’autre. Pour certains, notre visite est la seule qu’ils ont. Ce que nous leur offrons est très souvent un support que seul le Centre d’Entraide peut leur donner.

Le Centre d’Entraide Plus en a aidé plusieurs dans un moment de grande fragilité. Le support qu’il offre auprès des gens dans le besoin et des travailleurs voulant retourner sur le marché du travail est primordial. Je souhaite que l’organisme puisse être présent pendant de nombreuses années.

Bonne continuation,

Mary-Ann
Un témoignage de Carolyne

Depuis mon arrivée au Centre d'Entraide Plus de l'Estrie en septembre 2013, chaque jour je peux voir des histoires très différentes mais toutes aussi touchantes les unes que les autres. Quotidiennement, au sein de notre clientèle, je suis témoin de la détresse et de la misère humaine de gens qui appellent à l’aide parce qu’ils sont malades, seuls et sans ressources financières. Les cas que je vois se succèdent, avec des problématiques qui ont chacune une grande importance.

Par exemple, je suis touchée par le cas de cet homme d’une trentaine d’années qui, immobilisé par la sclérose en plaques, ne pourra jamais avoir une vie dite « normale ». Un autre ayant la même maladie voit sa famille éclater car sa femme est débordée et manque de ressources pour l’aider. Cela m’émeut beaucoup quand je vois une femme qui, à cause d’un cancer de la gorge, a de la difficulté à se nourrir, et parfois ne mange même pas car cela lui cause trop de douleur. Ou bien cette jeune femme qui doit s’occuper de son bébé seule car le père n’est pas présent, alors qu’en même temps elle retourne aux études pour donner une meilleure vie à son enfant. Et ces personnes ayant des problèmes profonds de santé mentale qui ont besoin d’être soutenues parce qu’elles sont désorganisées et ont perdu une grande part de leur autonomie. Dans un autre cas, je m’attriste pour cet homme âgé qui ne vit pas seulement de l’isolement mais aussi du rejet de la part de son environnement, et ceci juste parce qu’il entend mal et qu’il a de la difficulté à être autonome. Il y a aussi cet homme qui a fait une chute chez lui et qui reste deux jours sur le plancher sans avoir d’aide. Je pense également à cette femme ayant des problèmes cardiaques, et qui ne peut pas aller à la buanderie quelques étages plus bas pour faire son lavage. Et cette autre dame, si mal en point qu’elle n’est même pas capable de sortir ses poubelles toute seule.

Il y aurait bien d’autres exemples à donner, mais je désire vous parler maintenant d’une autre problématique qui me touche particulièrement. Nous pensons souvent automatiquement, mais à tort, que les gens sur l’aide sociale sont dans cette situation parce qu’ils n’ont pas d’études ou parce qu’ils sont trop paresseux pour aller travailler. Personne n’est à l’abri des difficultés de la vie. Celles-ci peuvent toucher tout le monde, peu importe la sphère dans la laquelle nous vivons. Les raisons pour cela sont nombreuses : une perte d’emploi subite, un accident qui change à jamais une vie, une maladie ou encore un cancer qui surprend, une baisse d’énergie, un trop-plein d’obligations, une opération qui immobilise, et on pourrait en énumérer bien d’autres. Il faut faire attention à ne pas juger les gens démunis, car autrement ils s’isoleront pour éviter les regards, ce qui est un sérieux problème. On ne sait jamais comment une personne en est arrivée là. Nous apportons donc notre aide de manière respectueuse, sans juger, car les jugements brisent souvent une personne fragile.

Je me sens très privilégiée d’avoir la chance d’aider ces personnes qui se confient à moi et, surtout, d’appartenir à une formidable équipe qui travaille en étroite collaboration pour aider les plus démunis. De plus, je suis très fière de dire qu’à partir du mois d’août 2015, à titre de Superviseure au service à la clientèle, je serai une partie permanente du Centre d’Entraide, et qu’ainsi je pourrai poursuivre ma mission d’aider ceux qui ont moins de chance. Cela me touche profondément d’avoir cette merveilleuse occasion d’apporter de la lumière dans l’obscurité de ceux ayant perdu leur chemin. Merci du plus profond du cœur à Manon, la Directrice, et au Centre d’Entraide de croire en moi et de me donner l’opportunité d’offrir ce que je possède de meilleur pour assister ces personnes en détresse.

Vingt ans de service aux démunis, c’est le long chemin parcouru par le Centre d’Entraide. Moi je n’en suis qu’au début de mon voyage, et j’espère qu’il sera tout aussi long et tout aussi fructueux.

Carolyne
Un témoignage de Céline

Lorsque je suis arrivée au Centre d’Entraide Plus de l’Estrie, au poste d’aide-intervenante, cela faisait déjà presque deux ans que j’étais sans emploi pour raison médicale. Ayant travaillé depuis l’âge de 14 ans et ayant fait des études en même temps, je trouvais difficile de me retrouver sans emploi et avec perte d’autonomie financière. J’étais probablement au plus bas niveau en termes de confiance en soi; j’étais fragile et sensible et j’avais du mal à subvenir à mes besoins. La valorisation et les bons commentaires à mon égard ainsi que le soulignement des points à améliorer de ma personnalité m’ont redonné confiance en moi peu à peu.

La lecture des dossiers des clients qui vivent parfois des situations extrêmement difficiles et le fait d’apporter un petit rayon de soleil dans leur vie m’a complètement revitalisée. Lorsque l’on aide les gens dans le besoin, il y a comme un effet de rebond qui se crée et ces gestes d’entraide viennent instantanément mettre un baume sur nos blessures et nous aide à avancer. Le cheminement que font certains clients après un an de service est souvent source d’espoir pour nous, les aidants. J’apprécie vraiment ce travail qui unit mes deux domaines d’étude et en quelques mois seulement, j’ai repris les guides de ma vie, retrouvé mon professionnalisme et repris confiance en moi. Les clients souvent nous remercient pour toute l’aide apportée suite à un contrat qui se termine, mais en fait, c’est moi qui devrais les remercier puisque sans eux, la confiance en moi et le don de soi ne m’auraient pas animée.

Merci au Centre d’Entraide Plus et à sa fondatrice et bonne continuité!

Céline
Un témoignage de Pierre

Je suis très fier d’avoir travaillé au Centre d’Entraide Plus de l’Estrie. Au cours de mon séjour d’intervenant durant six mois, j’ai pu constater comment les services du Centre répondaient à un besoin essentiel pour les personnes qui ont besoin d’aide pour pouvoir demeurer dans leur chez eux.

Je me souviendrai toujours de ma rencontre avec une bénéficiaire qui n’avait plus de force pour tenir maison et qui était complètement découragée. Au début de l’entrevue, elle pleurait et elle ne voyait pas comment elle pourrait s’en sortir. Puis, quand elle a réalisé qu’en recevant quelqu’un pour l’aider à entretenir sa maison, elle aidait cette personne à réinsérer le marché de l’emploi, un beau sourire est apparu sur son visage et elle est devenue resplendissante.

Merci pour les nombreuses personnes à qui vous redonnez de l’espoir dans des moments très difficiles.

Pierre
Un témoignage de Sindy

En tant qu’ancienne intervenante du Centre, j’ai pu constater à maintes reprises à quel point on pouvait aider les gens, à quel point certaines personnes étaient isolées, et aussi l’état de misère dans lequel certaines personnes peuvent endurer de vivre soit parce qu’elles ne sont pas capable de faire elles-mêmes leur ménage, soit parce qu’elles sont aux prises avec des problèmes de santé mentale, etc. Le Centre peut faire la différence dans la vie de ces gens. Par exemple, sans notre aide, des personnes aux prises avec le syndrome de diogène retourneraient rapidement dans un état d’encombrement qui ferait en sorte qu’elles seraient expulsées de chez elles. Je crois que nous faisons réellement une différence dans la vie de ces gens.

Nous faisons également une différence dans la vie des personnes plus isolées socialement. Pour certaines d’entre elles, notre coup de téléphone est probablement leur seul contact humain pour une longue période. D’ici l’importance d’être chaleureux et à l’écoute, d’être là pour ces individus. Nous faisons une différence dans la vie de chacun de nos clients et chacun d’entre eux est important pour nous.

Sindy
Un témoignage de Francis

Le 11 août 2014
Bonjour,

Je m’appelle Francis et je vais vous faire un court résumé de ma vie pour que vous compreniez bien dans quelle mesure le Centre d’ Entraide Plus m’est venu en aide. Il y a environ 10 ans de cela, à l’âge de 18 ans, je recevais un diagnostic de Schizophrénie. Ma vie a changé du tout au tout et je devais maintenant mettre toute mon énergie dans mon combat contre cette maladie.

Quand je parle de combat, je parle surtout des symptômes comme la paranoïa, les voix dans la tête ou les idées noires, qui dans mon cas étaient surtout de mettre fin à mes jours. Après plusieurs séjours à l’hôpital, quelques changements de médication, des thérapies et une très forte volonté de m’en sortir, enfin j’allais mieux. Puis, petit à petit, j’ai repris le cours d’une vie relativement normale, tout en apprenant à vivre avec la maladie et surtout à la respecter. Puis, il y a quelques années de cela, j’ai décidé de retourner aux études pour terminer mon secondaire. Vous ne pouvez pas vous imaginer la fierté que j’ai ressentie lorsque j’ai reçu mon diplôme, moi qui ne pensais même pas vivre jusque là.

Puis, il est venu le temps de faire un choix de carrière. Le plus important, pour moi, c’était d’exercer un métier où j’aurais la chance d’aider des gens et qui me donnerait le sentiment de faire quelque chose de bien avec ma vie. C’est ainsi que j’ai choisis le domaine de la santé. Mon orienteur m’a ensuite proposé un programme avec un centre d’entraide pour consolider mon choix et tester mes limites. J’ai, par la suite, contacté moi-même le Centre d’Entraide Plus, puis, ils m’ont fixé un rendez-vous pour une entrevue. La première chose qui m’a frappé, lors de ma rencontre, c’est qu’à aucun moment, pas même un seul instant, je me suis senti jugé. Ils étaient vraiment intéressé à me connaître pour la personne que j’étais et ils n’ont pas hésité à me donner ma chance.

Ensuite, jour après jour, je me rendais chez mes clients pour leur donner un coup de main avec l’entretient ménagé. Certains penseront, sans doute, qu’il n’y a rien d’intéressant à se déplacer chez des gens pour y faire du ménage, mais c’est tout le contraire. En fait, ces gens ont besoin de cette aide car ils ont de la difficulté ou ne sont pas en mesure d’accomplir des tâches qui nous paraissent si simples. Ce sont des services qui sont vitaux pour eux, en plus de leurs donner un soutien moral et de mettre un peu de soleil dans leurs journées. Voilà où ce métier prend tout son sens.

En tout, j’ai travaillé 5 mois en tant qu’aide à domicile pour le Centre d’Entraide et je vous dirais que c’est la tape dans le dos dont j’avais besoin. Mon niveau de confiance n’a jamais été aussi élevé et je suis plus prêt que jamais à entamer ma formation professionnelle. Un gros merci à Manon et à toute l’équipe du Centre d’Entraide Plus, je serai toujours reconnaissant pour tout ce que vous avez fait pour moi. Je tiens également à remercier tous ces gens, que je n’ai pas eu la chance de connaître, qui rendent cette mission possible car vous faites tous et chacun une différence dans la vie des gens. Pour l’avoir vu et vécu, je peux vous dire que c’est littéralement des vies que vous changez, tant au niveau des clients que des employés.

Le 5 avril 2015
Voilà maintenant 8 mois que j’ai débuté ma formation professionnelle et je suis toujours aussi motivé. Je débute, déjà, dans 2 semaines mes stages de fin d’année et j’aurai mon diplôme en main dans 2 mois. À mon avis, il n’y a pas de secret pour réussir quand on est décidé à atteindre un but. Je travaille fort à l’école et j’étudie beaucoup à la maison. Je maintiens une bonne hygiène de vie et je prends ma médication quotidiennement. Il y a des moments où ça a été un peu plus difficile mais l’idée d’abandonner ne m’a jamais traversé l’esprit. Je peux dire qu’avec tous les efforts que j’y mets, ma confiance continue de grandir à chacune des étapes réussie. Honnêtement, ce qui m’angoisse le plus dans tout le processus, c’est la réaction de mon futur employeur face à mon diagnostique, quoi que parfaitement compréhensible. Cette crainte-là, je l’ai depuis le tout début et je sais que je ne suis certainement pas le premier qui passe par là. Quoi qu’il en soit, je demeure optimiste et convaincu qu’il y aura une place pour moi à quelque part. Je vous donnerai des nouvelles lorsque je serai rendu à cette étape mais pour l’instant, ce que je peux vous dire, c’est que je suis très fier du chemin parcouru et que je vais continuer de donner le meilleur de moi pour tout ce qui est à venir.

Merci à vous, très sincèrement,

Francis
Un témoignage de Suzie

Travailler au Centre d’Entraide a été pour moi une expérience très enrichissante d’un point de vue professionnel mais aussi personnel. J’avais terminé mes études et j’avais un emploi comme intervenante étant donné que je n’avais aucune expérience en ce domaine. J’ai postulé et eu un emploi comme intervenante. J’ai été accueillie au sein d’une équipe très ouverte et qui a su me charmer dès la première fois par son ouverture et son dynamisme. De plus, dans le cadre de mon travail, mes activités étaient très variées. J’ai pu connaître une grande diversité dans la clientèle que nous rencontrons et, en ce sens, développer une polyvalence très appréciée auprès de futurs employeurs en ce domaine. Travailler au Centre d’Entraide a été pour moi quelque chose de vraiment gratifiant sur le plan humain. Une expérience et des gens que je n’oublierai jamais!

Suzie
Un témoignage de Daniel

Bonjour,

C’est au centre local d’emploi, à la recherche d’un emploi, que mon agente m’a demandé si j’étais intéressé à un contrat de travail au Centre d’Entraide Plus de l’Estrie comme aide à domicile. J’ai répondu oui. Je n’avais aucune expérience dans ce domaine. Après trois mois j’ai renouvelé mon contrat jusqu’à la fin de juin. J’ai bien aimé mon expérience de travail d’aide à domicile et les gens avec qui j’ai travaillé au Centre d’Entraide Plus de l’Estrie. Vu le vieillissement de la population, on aurait besoin de plus d’organismes pour aider ces gens âgés comme aide à domicile.

Merci à Manon, à la superviseure des services, à l’agent administratif et les autres qui travaillent au bureau.

Daniel
Un témoignage de Benoît

J’ai entendu parler du Centre d’Entraide Plus par mon agente. Quand elle m’en a parlé je me suis dit que ça me donnerait environ 200$ de plus par mois pour 2 jours et demi d’ouvrage par semaine. Pourquoi pas? Ce n’est que du ménage après tout. Et en attendant de retourner à l’école ça va passer le temps. Mais ce n’est pas exactement ça. Il y a plus que le ménage. Il y a aussi le côté humain. Les clients que nous avons ont besoin d’être écoutés et entendus. Ils ont aussi besoin d’aide. Aujourd’hui je ne fais plus mes 2 jours et demi pour les 200$, mais pour ma satisfaction personnelle, car j’ai l’impression d’être utile pour les clients et cela est le plus beau salaire qu’on peut recevoir. Comme je me plais à dire, je marche à l’envers : eh oui! Je fais mon stage avant de faire mes études. Je remercie Manon pour m’avoir donné cette chance, car c’est une chance de pouvoir aider les autres, dans la mesure du possible bien sûr.

Benoît
Un témoignage de Marthe

Bonjour,

J’ai eu le privilège de travailler au Centre d’Entraide Plus pendant une période de trois ans dans le cadre d’une mesure de réinsertion à l’emploi qu’on appelle un PAAS-Action. Tout au long de cette merveilleuse expérience, j’ai peu raffermir certaines qualités que j’avais au niveau brut, mais qui manquaient de peaufinage. J’avais entre autres en moi une certaine forme de discipline, de patience et de l’adaptation. Manon, en tant que patronne m’a permis de pousser plus loin, et ce avec la perspective du professionnalisme, de développer ces qualités et de les intégrer dans la poursuite de mon cheminement professionnel.

Comme tout le monde, je suis arrivée au Centre avec mon passé. À l'âge de 24 ans, j'étais diagnostiquée avec un trouble de personnalité limite schizophrène paranoïaque. De là découle mes troubles du comportement et mes problèmes avec l'autorité. En plus pendant mon enfance, j'ai été disciplinée par la violence, comme bon nombre de personnes dans le temps. Ce n'est qu'à l'âge de 39 ans que j'ai pu être stabilisée et que mes pulsions suicidaires et mes autres comportements autodestructeurs et antisociaux ont cessé de m'accabler. C'est à partir de cet âge que j'ai commencé à comprendre les vertus du pardon et l'importance des gens que la vie met sur notre chemin.

J'avais 44 ans quand je suis entrée au Centre d'Entraide Plus de l'Estrie. Au début, je me sentais peu sûre devant toute la tâche à accomplir. Mais, le travail est organisé de sorte qu'on puisse se retrouver face au travail à accomplir. De plus Manon est compréhensive et juste dans ses remarques, comme toute l'équipe l'est d'ailleurs.

Pour le moment, je suis en attente d’un cours de secrétariat au Centre de Formation Professionnel 24 Juin. Mon passage au Centre d’Entraide plus de l’Estrie ma donné plus de fermeté et de conviction quant à ma capacité à réussir mon intégration et mon cours à venir. C’est que Manon, dans son approche inclut la pensée créative et le positivisme face auxquels j’étais plutôt sceptique à mon arrivée au Centre d’Entraide Plus de l’Estrie. Mais, en prenant pour exemple la patience de Manon et la discipline d’appliquer ces deux principes, j’ai pu développer les aptitudes qui me mettent en confiance pour mes projets à venir.

Je considère que je suis bénie d’avoir pu profiter de ce passage au Centre d’Entraide Plus de l’Estrie. Je recommanderais à toute personne désireuse de s’intégrer sur le marché de l’emploi et qui a envie de développer des qualités pour être en mesure d’occuper un poste sur le marché régulier de participer à un programme de réinsertion à l’emploi au Centre. Cette personne ne pourrait qu’en sortir gagnante. Je souhaite encore un autre 25 ans au Centre d’Entraide Plus de l’Estrie.

Marthe
Un témoignage de Mélanie

Bonjour à vous,

C'est un plaisir pour moi de vous partager ce que le Centre d'Entraide m'a permis d'accomplir au niveau professionnel et personnel. Il y a un peu plus d'un an et demi, j'ai reçu l'appel de Mme Foucault qui était intéressée par mes services afin de prendre le poste de commis de bureau qui venait de se libérer. À cette période, je faisais du bénévolat dans un organisme qui offre de l'aide aux familles monoparentales et reconstituées, car après plus de 2 années à faire des démarches de recherche d'emploi sans succès je cherchais une façon de faire mes preuves auprès d'un employeur.

Je savais que mon état de santé, ma timidité et le peu d'expérience que je cumulais me nuisaient à me trouver un emploi. À travers un ancien programme d'insertion professionnelle, où j'avais fait une entrevue auprès d'une agence de placement de Sherbrooke, on m'avait dit qu'étant une personne timide les employeurs, se demandant quelle personnalité se cachait derrière mon manque d'assurance, ne seraient pas favorables à m'engager. Quand on m'avait dit ça, j'étais révoltée, je me demandais comment pouvait-on ne pas prendre la peine d'aller voir derrière cette façade. Malgré tous mes efforts, je ressentais que les employeurs n'avaient pas d'intérêt à connaître mes aptitudes et mes compétences.

Le poste que j'ai occupé au Centre m'a ouvert les yeux sur la réalité de l'embauche, j'ai pu me mettre à la place d'un employeur, car dans les responsabilités qu'on m'a confiées je devais prendre l'inscription des candidatures. Ainsi, j'ai compris qu'engager des gens n'est pas simple, car à travers toutes nos tâches quotidiennes et le temps qui nous file entre les doigts, on doit arriver à trouver une perle rare parmi les nombreux inconnus qui nous contactent. Lorsque je croyais qu'un ou une candidate semblait parfaite pour le poste, souvent je me trompais, car il faut savoir poser les bonnes questions et savoir lire entre les lignes.

De plus, en me donnant ma chance, Mme Foucault, m'a fait un énorme cadeau en m'intégrant à son équipe. J'ai pu enfin comprendre les attentes d'un employeur et pouvoir prendre beaucoup d'assurance en sachant réellement quelle charge de travail et quelles responsabilités je pouvais accomplir.

Finalement, ce qui m'a marquée dans cet organisme, c'est la capacité de Mme Foucault et son adjoint à s'adapter au niveau de chacun. En fait, les gens en réinsertion en emploi ont chacun leurs difficultés, leurs comportements à améliorer et leur période de découragement. Malgré tout ça, ils ont su remplir le rôle de l'organisme auprès des gens malades et en situations particulières tout en aidant leurs employés à se dépasser chacun à leur rythmes.

Croyez-moi, si j'avais l'expertise et la santé, je tenterais de fonder un tel organisme dans une région qui en a besoin. Les gens ont et auront besoin de Centres d'Entraide dans une société de plus en plus néolibérale où les services sociaux se feront de plus en plus rares.

Mélanie
Un témoignage de Carolyne

Il n'y a rien qui arrive pour rien, voilà ce qui résume mon arrivée au Centre d'Entraide Plus de l'Estrie. Ma vie a été un long chemin sinueux rempli d'embûches. Je n'ai pas toujours fait les bons choix et j'ai payé cher certains de ceux ci. Les déceptions se succédaient et j'ai décidé de prendre du recul, perdant ma confiance en mes capacités et ne reconnaissant plus mon potentiel. J'ai dû me battre beaucoup dans ma vie et j'ai envie de vivre tranquillement à présent en apprenant de mes erreurs. Je cherchais un emploi par ci par là sans succès ou sans trouver quelque chose qui m'intéressait, le temps passait et je suis resté loin, trop longtemps, du marché du travail au point de me décourager.

Un jour j'ai décidé par instinct ou par signe, qui sait, à regarder les petites annonces dans la Nouvelle, cela peut paraître anodin, mais je ne regarde pas souvent la Nouvelle. Une annonce a attiré mon attention, j'en ai même parlé à des amis, c'était fort comme sensation et j'ai décidé d'envoyer mon curriculum vitae, par la suite on m'a contactée et j'ai été convoquée en entrevue. Comme à chaque entrevue, j'étais nerveuse et peu sure de moi, mais j'étais très motivée. C'est là que j'ai rencontré la directrice du Centre, Manon, une femme intense qui dégage une très grande énergie et qui nous donne confiance, je me suis sentie immédiatement à l'aise et j'ai décidé d'être entièrement moi-même, lui parlant des différents chemins qui m'avaient conduite jusque dans son bureau, j'en ai perdu la notion du temps et je peux dire que cela fut l'un des moments les plus enrichissants de ma vie.

Manon a comprit au-delà des mots, elle avait bien saisi et plus que moi mes faiblesses et surtout mes forces, elle voyait en moi ce que moi je ne voyais plus, elle m'a offert ce jour là le poste d'aide intervenante, les tâches me stimulaient et je comprends mieux aujourd'hui ce que Manon a vu il y a quelques mois et je me sens mieux, je vois en moi du potentiel que je ne soupçonnais pas. Depuis que je travaille au Centre, je me sens grandir, c'est beaucoup plus qu'un travail, c'est une thérapie avec moi même. Merci à Manon et au Centre d'être rentré dans ma vie, c'est ce dont j'avais besoin depuis longtemps. J'ai acquis beaucoup et je reprends confiance en moi pour mieux fonctionner dans ma vie personnelle et professionnelle, présente et future. Rien n'arrive pour rien... C'est plus vrai que jamais. Merci aux autres employés et aux clients, tous uniques et fantastiques qui ont changé ma vie pour le mieux!

Carolyne
Un témoignage de Linda

Voilà, tout à commencé à la fin novembre il y a trois ans ou une amie à moi m'a parlé que le Centre d'Entraide Plus était à la recherche d'aides à domicile. J'ai suivi les étapes nécessaires et par la suite la fameuse rencontre avec Manon qui me rendait nerveuse... mais tout à bien été et finalement j'ai été engagée...
J'ai quitté ce travail en novembre dernier, mais je dois dire que j'ai adoré participer à ce programme, car ce fût pour moi une nouvelle expérience... Celle-ci m'a permis de m'épanouir davantage, de reprendre confiance en moi et en mes capacités. Sans parler de la sensation de se sentir utile à aider des gens qui n'ont pas la force ou la capacité de le faire eux-mêmes...

En effet, on arrive chez notre client(e) et dès notre arrivée, on sent déjà chez cette personne un soulagement de voir arriver de l'aide... Le travail commence et tout en ce faisant, parfois la personne vit des épreuves et souvent ils n'ont pas la chance, car ils sont seuls(es), de se confier à quelqu'un sans crainte d'être jugé(e)... Alors de savoir qu'il y a quelqu'un prêt a les écouter ça leur remonte le moral. Il m'est souvent arrivé que le (la ) client(e) me disent un peu avant mon départ après ma journée : « Merci Linda ça remonte le moral de voir ma maison propre ». Alors là, tu te dis à toi-même mission accomplie.

Ce qui est dur c'est qu'avoir les mêmes clients aux deux semaines pendant trois ans, des liens d'amitié se font et c'est dur de quitter, mais il faut se dire qu'il va y avoir un (e) autre aide qui va poursuivre... Pour moi c'est cela qui me manquera le plus... ils s'attachent à nous et nous à eux, mais les souvenirs resteront.

Pour finir, je veux remercier Manon et toute l'équipe du Centre d'entraide pour leur soutien durant ces trois années et surtout d'avoir cru en moi. Un gros MERCI... Je garderai de bons souvenirs de vous tous...

Linda
Un témoignage de Nassima

Mon histoire avec le Centre d'Entraide plus de l'Estrie a commencé par hasard en février 2013 lors de l'activité "Hiver en folie". Mon objectif de départ était simplement de faire découvrir à mes enfants une activité hivernale, mais une fois sur place le nom de l'organisme piqua ma curiosité et me poussa à aller m'informer davantage sur sa mission. Un des employés m'a explique que l'entraide est au cœur de la mission de cet organisme. Rejoignant mes valeurs les plus profondes, j'ai posé sans hésitation des questions pour savoir s'il y avait moyen de faire partie de l'équipe de cet organisme. Quelques jours plus tard, j'ai envoyé ma candidature pour le poste d'intervenante au sein de l'organisme.

Heureuse d'être sélectionnée pour l'entrevue, ma motivation et mon désir n'ont fait qu'augmenter pour intégrer l'équipe. Bien que je n'avais pas encore une expérience de travail au Québec, la directrice de l'organisme a décidé de me faire confiance et de m'offrir le poste d'intervenante. Six mois plus tard, si on me demandait ce que j'ai appris de cet organisme, je dirais que j'ai pu apprendre à intervenir efficacement auprès des clients en difficultés. J'ai pu connaître toutes les qualités humaines des membres de l'équipe avec qui j'ai eu la chance de travailler. L'équipe a fait preuve de beaucoup d'ouverture d'esprit malgré la différence culturelle (je suis d'origine algérienne). De plus, j'ai pu apprendre énormément sur la culture québécoise (les expressions, la tradition culinaire, les fêtes...). À mon tour, j'ai pu faire connaître à l'équipe ma culture et mes expériences. On dit souvent que le succès d'une organisation passe par la qualité de ses employés, mais j'ajouterais que ce n'est pas seulement la qualité du personnel qui compte mais également la qualité de ses responsables. Au Centre d'Entraide, on a eu la chance d'avoir une directrice compétente avec une attitude sereine et ferme tout en transmettant sa joie de vivre. Elle a réussi à obtenir la confiance de son équipe de travail. Elle consacre du temps à chacun des membres de l'équipe en cernant ses difficultés et ses attentes.

Je tiens à remercier particulièrement Mme Manon Foucault pour la chance qu'elle m'a offert de faire partie de son équipe. Je remercie également toute l'équipe de travail pour leur esprit d'entraide.

Nassima
Un témoignage de Sindy

Lorsque je suis arrivée au Centre, je me sentais vraiment découragée. J'avais été 3 ans au service d'un autre organisme communautaire et cela ne s'était pas bien terminé. Je n'avais donc pas eu droit au chômage et je n'avais aucune référence. Après des années d'études universitaires et de travail, je retombais donc au bas de l'échelle : j'étais sur l'aide sociale. J'avais eu beau faire énormément d'entrevues d'emplois, rien ne débouchait. Je me rendais souvent loin dans le processus d'entrevue, mais chaque fois qu'on me demandait des références, le tout tombait à l'eau. J'étais au bout du rouleau, je ne savais plus quoi faire.

Puis, j'ai vu l'annonce du Centre d'Entraide Plus de l'Estrie dans le journal et je me suis dit que je ne perdais rien à essayer. J'ai été acceptée par Emploi Québec. Il ne me restait que l'étape fatidique, encore une fois, de l'entrevue. J'ai misé sur la transparence et j'ai fait preuve d'ouverture concernant mes difficultés. Manon et Claudine m'ont alors donné ma chance! J'étais certaine que cela n'arriverait plus jamais. Que jamais je n'allais pouvoir retravailler comme intervenante sociale à Sherbrooke. J'avais enfin une seconde chance. Par contre, j'ai eu de nombreuses difficultés pendant ma première année au Centre. J'ai été en arrêt de travail pendant 5 mois à un certain moment. Manon m'a tout de même permis de prendre le temps de me recentrer sur moi et de finalement revenir au Centre lorsque je me suis sentie mieux. À ce moment, nous avons changé mes tâches en tant qu'aide-intervenante. Je ne faisais pratiquement plus de jumelage et je me consacrais aux réévaluations téléphoniques. J'étais vraiment dans mon domaine et j'appréciais encore davantage cette nouvelle opportunité.

Puis, la vie m'a faites de belles surprises et après quelques mois à mon poste d'aide-intervenante, je suis tombée enceinte et Manon m'a offert de prendre le poste d'intervenante pour terminer mon passage au Centre en beauté. Cela allait me permettre d'avoir des références plus solides et faire en sorte que je puisse avoir un salaire et ainsi bénéficier du RQAP en terminant mon contrat en subvention salariale. Ce qu'il y a à retenir dans cette histoire, ce n'est pas simplement que la vie peut nous apporter de belles choses si on persévère, oui c'est vrai qu'elle le fait, mais en ayant aussi de gens compatissants, ayant un grand cœur et une belle ouverture d'esprit. C'est ainsi que Manon, Claudine et le Centre d'Entraide Plus de l'Estrie sont apparus dans ma vie. Ils ont su voir en moi ce que moi-même je ne voyais pas. Ils ont su me redonner confiance. Ils ont su me donner la chance que tous autres organismes auxquels je suis allée cogner m'ont refusée. Je suis fière d'avoir pu faire partie de cette équipe formidable qui redonne un sens, jour après jour, à la vie de plusieurs personnes. Non pas seulement à ses clients, mais également à ses employés. Sans le Centre d'Entraide Plus de l'Estrie, qui sait où j'en serais aujourd'hui. Merci infiniment de m'avoir donné cette chance incroyable.

Sindy
Un témoignage de Marie-Soleil

Je vous fait part de mon passage au Centre d'Entraide Plus! J'avais postulé pour devenir aide à domicile par l'entremise de mon agent d'Emploi-Québec. J'ai été bien accueillie par Manon Foucault, la directrice du Centre. Ce nouveau défi était stressant, mais en même temps très motivant. À notre première rencontre, Manon m'avait prévenue des aspects qui seraient un peu plus difficiles, vu que les client(e)s du Centre sont des personnes avec des problématiques de santé physique ou mentale. Ce n'est pas toujours évident, mais j'ai foncé malgré tout, car au plus profond de moi-même mon premier but était de venir en aide à ces gens! Je pense bien qu'avec la belle complicité que j'ai vécue avec la majorité d'entre eux c'est mission accomplie! Je leur ai apporté ma bonne humeur, mon aide et eux en retour m'ont apporté beaucoup aussi chacun à leur façon.

Moi, avec cette expérience inoubliable, j'en tire de beaux souvenirs. C'est certain qu'il y en a des mauvais aussi, comme dans tous les métiers. J'ai acquis une grande confiance en moi. D'ailleurs, j'ai validé aussi le fait que dans ma vie professionnelle je veux venir en aide aux autres. Avec mes qualités et mes aptitudes, j'ai pu en faire bénéficier pleinement à ceux et celles qui ont eu mes services! J'en suis fière, même si au point de vue monétaire c'était pas évident... mais bon...!

Sur ce, merci à toute l'équipe du Centre d'Entraide Plus! J'ai aimé travailler avec chacun d'entres vous! Au plaisir.

Marie-Soleil
Un témoignage de Sylvain

Bonsoir à tous !! Je me présente Sylvain et voici mon témoignage. Tout a commencé au mois d'octobre 2010. À la fin de mon travail au musée des beaux-arts (l'endroit où je travaillais avant), je vois dans le journal «la Tribune» une annonce d'emploi disant qu'on recherchait quelqu'un comme aide-commis au kiosque Loto-Québec. Je me suis dit : «C'est quelque chose pour moi».

Après quelques démarches avec Emploi-Québec et avec Manon Foucault, j'obtiens finalement le poste. Les gens pensent peut-être que la job est facile à faire mais détrompez-vous ; elle est très exigeante et elle demande beaucoup de responsabilités. J'ai eu ma part de bonnes choses et de moins bonnes, mais grâce à l'aide des gérantes, 5 au total, et de la gang du bureau, je peux dire que j'ai relevé ce défi de main de maître. J'ai eu des séquences de panique, de stress et bien d'autres situations mais je peux vous assurer que ça m'a apporté beaucoup. Ça m'a redonné beaucoup de confiance et je me suis beaucoup amélioré tellement qu'à la fin du programme, je ne me reconnaissais plus du tout. J'en étais stupéfait.

Il y a eu aussi les activités de financement qui m'ont donné de belles expériences ; entre autres : les promenades de motos avec Performance N.C. et bien sûr sans oublier L'Hiver en Folie où j'ai pu faire découvrir mon talent de co-animateur de la soirée et aussi d'aide-coordonnateur aux promenades de motoneige. Finalement, j'ai eu la chance de devenir aide-accompagnateur avec des personnes qui avaient besoin de jaser. Je peux vous dire que cette expérience a changé des choses dans ma vie.

Pour terminer ce témoignage en toute beauté et là je sais que les émotions vont me venir, j'aimerais remercier du plus profond de mon cœur Manon pour la patience et tout le bien qu'elle m'a apporté. À Aline, Monique, Claude, Daniel, ainsi qu'aux gérantes du kiosque (Stéphanie, Jacqueline, Michelle, Nathalie et Krystel) et à tous les gens que j'ai côtoyés. J'ai passé de très beaux moments et merci 1000 fois de m'avoir donné cette belle opportunité. Je ne vous remercierai jamais assez.

Longue vie au Centre d'Entraide Plus de l'Estrie !!!!!!!!!!!!

Sylvain P.
Un témoignage de Michel

Le travail de faire du ménage chez les personnes que vous nous désignez est beaucoup plus que faire le ménage. Déjà 7 mois sont passés pour moi, Michel. Je parle pour moi, Manon. Je suis appelé au respect et à l'acceptation des gens qui s'ouvrent sur leur vie. Je me projette dans des univers multiples qui requièrent du doigté. Je côtoie la pauvreté sous toutes ses formes, matérielle et humaine. Cela m'amène souvent à prendre position pour différentes raisons.

Tu as un potentiel d'une œuvre remarquable. Le CLÉ, le CSSS et les autres devraient se réunir et regarder la situation en face. C'est un travail de titans. Vous tous, au bureau, Claude, Daniel, Marthe, Julie, Pierre, Nassima, Sindy, Karine et Renée, non la moindre, et toi, Manon.

Il est urgent que ce projet pour lequel tu œuvres aille davantage de l'avant avec des gens qui reçoivent une rémunération plus représentative des efforts de chacun. Mes mots reflètent ce que je crois et ceux qui vont sur la route pour faire le travail, je trouve inconcevable et regrettable qu'ils n'aient pas au moins 12$ à 15$ l'heure. Ce projet manque de support financier : il n'est pas reconnu à sa juste valeur. Il y a des réalités qui doivent se dire. La justice pour tous. Les penseurs du CLE et du CSSS auraient avantage à mieux connaître l'impact de notre travail, autant au bureau que sur la route, et ainsi à trouver une façon de rajuster la rémunération selon la valeur réelle de notre travail.

À mes yeux, Manon, tu es une Chantal Lacroix : «Donnez au suivant».

Michel, simple ménager de route en toute dignité humaine
Un témoignage de Nathalie

Mon premier contact avec le Centre d'Entraide Plus de l'Estrie a été en 1997 où j'ai fait un programme APART et j'ai travaillé comme agente de communication. Ça été ma première expérience de travail où j'ai découvert un environnement dans le respect et une atmosphère joyeuse avec une équipe de travail qui se soutient comme une famille, avec Manon comme maman chef.

En 2011, après une longue absence sur le marché du travail, j'ai eu de nouveau l'opportunité de travailler pour le Centre en étant commis au service à la clientèle au comptoir de Loto-Québec à l'ancien Zellers du Carrefour de l'Estrie. J'ai aussi eu le plaisir de faire du bénévolat pour le Centre à quelques reprises, ce qui est tout aussi enrichissant. Malgré le roulement de personnel dû aux différents programmes de subvention, j'ai retrouvé la même atmosphère joyeuse et l'esprit d'équipe qui ne peut nous empêcher de sourire et se sentir bien. Il y a un grand respect qui règne dans toute l'équipe et c'est le cas de le dire, tous ont le même désir commun : L'ENTRAIDE.

Le Centre d'Entraide Plus de l'Estrie a fait parti de la réussite de mon cheminement pour retrouver mon estime de soi. S'associer avec le Centre d'Entraide Plus de l'Estrie est une expérience que je souhaite à tout le monde. Vous n'en sortirez que gagnant!

Je tiens à profiter de mon témoignage pour rendre hommage à Manon Foucault, la Directrice du Centre, pour son magnifique dévouement et toute l'énergie positive qu'elle transfert à chacun comme un geste d'amour.

Nathalie
Un témoignage de Ann

Bonjour à tous,

C'est à 27 ans que j'ai fait mon entrée au Centre d'Entraide. Je me souviens très bien de la journée de décembre où j'avais été convoquée par Manon en entrevue. Le stress dans le tapis et la peur de subir un nouvel échec qui me tordait le vendre, je me suis retrouvée, assise devant la porte du bureau de Manon, à tenter de m'empêcher de ronger mes ongles (je ris tellement maintenant quand je vois quelqu'un assis là tout nerveux avant une entrevue ou quand je me retrouve assise là dans l'attente de voir Manon dans son bureau). Après un test pratique venait l'entrevue tant redoutée... c'était toujours là que je "me plantais".

Je me suis retrouvée dans le bureau de la directrice, devant cette femme - un peu intimidante dans mon esprit à l'époque - et devant Claudine, à parler de moi, de mes compétences, de ma vie pas très jolie... de tout. Ma carapace, si bien forgée par les années, ne s'est pas brisée à ce moment-là, mais j'ai parlé de moi et j'ai été honnête.

Jeune femme de 27 ans souffrant d'un handicap physique - dont je vous épargne le nom - nuisant, entre autre, à ma dextérité fine du côté droit. Mon parcours scolaire n'est pas énorme (un DES en poche et des formations non terminées par la suite) et mon parcours professionnel remontait à longtemps et se terminait par un grand vide de 8 ans... Ces années durant lesquelles j'ai fait une dépression et, de 2006 à 2012, j'ai vécu avec un conjoint qui acceptait que je ne veuille pas vraiment travailler et, surtout, que je ne parviens pas à réellement trouver ma place ni d'intérêt profond pour le travail. Nous parlions d'enfants depuis longtemps et je rêvais d'être là pour eux donc le désir et l'ambition de travailler n'étaient pas au rendez-vous... mais le rêve s'est envolé, un soir de mai, quand mon conjoint m'a laissée. Durant ces années, ma plus grande passion a été mon ordinateur (sur lequel je passais beaucoup trop de temps). Et j'ai travaillé un peu, à partir de la maison, pour une entreprise que possédait une connaissance; je devais concevoir et mettre à jour le site web et faire du travail d'infographie pour l'entreprise... Rien de régulier... rien de bien payant... rien de vraiment enrichissant car mon esprit créatif était sans cesse brimé par le manque d'imagination de mon employeur.

Ma passion pour l'ordinateur aura eu de bons côtés, car j'ai eu la chance de travailler au CEPE et de faire du travail que j'ai adoré. Sollicitation pour la campagne de levée de fonds "Hiver en Folie... pour un peu de magie!", travail de bureau, traitement d'images, infographie et création de site web ont été au programme durant mon passage dans l'organisme. En plus de travailler avec l'équipe pour l'organisation du 5 à 7 "Reconnaissance". Quel beau défi! Quelle belle aventure!

Cependant, il a fallu, au cours de mon passage au Centre que je travaille très fort, avec l'aide de Manon, pour briser ma carapace (forgée par des années à me faire niaiser et insulter à l'adolescence) et m'ouvrir aux autres. "Laisser sortir ma belle douceur et ma belle sensibilité" comme le disait Manon. Je mentirais en disant que cela a été facile et que je n'ai jamais pensé à tout lâcher. Non, cela n'a pas été facile à faire ni à accepter! Non, cela n'a pas été facile de dire "j'ai besoin d'aide" et d'accepter d'aller rencontrer une travailleuse sociale! Oui, j'ai pensé plusieurs fois à tout abandonner pour retourner à ma vie simple, ordinaire, sans horaire et sans obligation... cela aurait été tellement facile de tout balancer...

MAIS Manon était toujours là dans les moments de crise pour me rassurer et me pousser à continuer. Nous avons eu des conflits, c'est vrai, nous n'avons pas toujours été d'accord, mais elle ne m'a pas lâchée et elle a cru en moi (plus que moi d'ailleurs). Et elle m'a donné la plus grande et la plus belle chance que j'aie eue dans ma vie professionnelle jusqu'à maintenant. Elle m'a permis de faire partie d'une équipe professionnelle et fantastique où les uns sont là pour les autres et où l'entraide est au cœur des priorités pas seulement avec les clients, mais aussi entre nous.

Manon me l'a dit souvent "Je ne suis pas là pour que tu m'aimes", mais j'ai appris à apprécier cette femme extraordinaire, cette boule d'énergie et cette femme au grand cœur qui a su me redonner confiance en moi et me faire avoir davantage confiance envers les autres.

MERCI Manon d'y avoir cru!

Et MERCI à l'équipe fantastique (Claude, Daniel, Marthe, Julie, Renée, Sindy, Karine, Pierre et Nassima) avec qui j'ai eu le bonheur de travailler durant mon passage au Centre.

En date de rédaction de ce témoignage - peut-être maladroit et pas toujours clair, je m'en excuse - mon aventure au Centre n'est pas terminée... et je regrette vraiment qu'elle le soit bientôt...!

Ann G.
Un témoignage de Renée

Je m'appelle Renée et j'ai 42 ans. Voici un court historique.

En 2002, j'étais préposée aux bénéficiaires dans un CHSLD depuis plusieurs années. Un accident de travail a mis fin à ma carrière. Résultat : un disque écrasé entre les vertèbres L5 et S1 ainsi qu'un nouveau monde de douleurs chroniques.

Cet événement a profondément bouleversé ma vie. Plus de travail, manque d'argent, douleur constante. Adieu ma sécurité financière, adieu mon indépendance, car à ce moment je dois demander de l'aide. Mon monde comme je le connaissais venait de s'écrouler.

Le rétablissement m'a semblé très long psychologiquement et physiquement.

En 2009, un autre accident : une chute de deux étages. Le résultat fut : les deux pieds cassés et quatre opérations, la chaise roulante et le plâtre.

Cela m'a permis de faire du ménage dans ma vie. Une seule idée me tenaillait : m'en sortir et retourner dans le monde des vivants.

Voilà ma chance : une annonce dans le journal, toute indiquée pour moi. Ici-même, au Centre, en tant que commis de bureau. J'ai finalement appelé Manon qui m'a répondu avec tout l'accueil qu'on lui connaît.

L'expérience acquise durant cette année et demie ne m'a pas déçue. J'ai repris confiance en moi, j'ai développé mes connaissances et j'ai été encouragée à me dépasser et à foncer. Je suis maintenant devenue aide-intervenante et poursuis ma carrière dans ce domaine qui me passionne.

J'aimerais terminer en remerciant tous mes collègues de travail, pour leur soutien et leurs encouragements, ainsi que Manon de m'avoir poussée à dépasser mes limites personnelles. Je recommanderais le Centre d'Entraide Plus pour tous les gens qui ont besoin d'un nouveau départ.

Renée
Un témoignage de Marthe

Bonjour,

Quand Manon m'a demandé de préparer un témoignage, j'étais heureuse. Ça fait maintenant un an et demi que je travaille au Centre d'Entraide Plus de l'Estrie comme commis de bureau et j'aime mon travail, mais pardessus tout, j'aime l'équipe et l'entourage de Manon.

Comme tout le monde, je suis arrivée au Centre avec mon passé. À l'âge de 24 ans, j'étais diagnostiquée avec un trouble de personnalité limite schizophrène paranoïaque. De là découle mes troubles du comportement et mes problèmes avec l'autorité. En plus pendant mon enfance, j'ai été disciplinée par la violence, comme bon nombre de personnes dans le temps. Ce n'est qu'à l'âge de 39 ans que j'ai pu être stabilisée et que mes pulsions suicidaires et mes autres comportements autodestructeurs et antisociaux ont cessé de m'accabler. C'est à partir de cet âge que j'ai commencé à comprendre les vertus du pardon et l'importance des gens que la vie met sur notre chemin.

J'ai travaillé pendant quelque temps à Pro-Def Estrie. J'ai commencé par faire du bénévolat au secrétariat sous la tutelle de Suzanne Roy, la secrétaire qui m'a appris beaucoup de choses qui m'ont été utiles pour mon travail actuel au Centre comme commis de bureau. J'ai aussi tenu le poste de chargée de projet pour l'organisation des Rencontres régionales de Pro-Def Estrie. Mais le travail n'était pas adapté à mes capacités. Carole Panneton, la directrice générale, a dû me remercier de mes services. Je me suis donc mise à la recherche d'un nouvel emploi avec l'aide de Trav-Action.

C'est là que commence le plus récent chapitre de ma vie. J'avais 44 ans quand je suis entrée au Centre d'Entraide Plus de l'Estrie. Au début, je me sentais peu sûre devant toute la tâche à accomplir. Mais, le travail est organisé de sorte qu'on puisse se retrouver face au travail à accomplir. De plus Manon est compréhensive et juste dans ses remarques, comme toute l'équipe l'est d'ailleurs. Nous avons une bonne dynamique. Manon m'accompagne dans mon cheminement autant professionnel que personnel. Manon m'aide beaucoup dans mon estime de moi. Elle me le dit quand je me tape sur la tête pour avoir fait des erreurs. C'est la chose avec laquelle j'ai le plus de difficulté. Je vois toujours les erreurs que je fais et j'ai du mal à recevoir les compliments. Manon me fait des compliments et j'ai la fâcheuse manie de revenir au devoir tel que je le vois. Manon m'a corrigé une fois. Elle m'a fait le compliment qu'elle jugeait que je méritais, elle m'a laissé me confondre en justifications pour me regarder et me dire "merci". C'est là que j'ai réalisé que je n'acceptais pas la confiance que les gens me vouaient.

Ouais, je suis heureuse au Centre. J'y suis dans ma deuxième année de travail et je compte y rester aussi longtemps que je le pourrai. D'abord, j'ai besoin de me montrer stable. Le fait d'avoir un horaire régulier de 13 h 00 à 16 h 30 et un bon facteur de stabilisation. C'est là-dessus que je peux bâtir mes projets de vie. Sachant que je dois me garder de l'énergie pour ce minimum est bénéfique. Les autres activités qui viennent doivent forcément se faire dans d'autres temps et c'est bien comme ça. Ça me donne une base pour augmenter mes capacités et éventuellement d'en venir qu'à travailler 35 heures semaines. C'est vrai, je ne vous ai pas parlé de mon rêve. Je veux devenir pair-aidante en santé mentale dans le réseau régulier de la santé et des services sociaux. Bien sûr, je me fatigue encore parfois à travailler mes 17½ heures par semaine en plus des quelques activités auxquelles je m'adonne. Manon est réaliste. Elle ne me fait pas croire que je puisse arriver à mon but pour l'année qui vient. Je garde quand même l'espoir, parce que je me dis qu'avec de la persévérance, je serai de moins en moins stressée par le fait de devoir être stable dans une activité. Manon ne sait pas à quel point elle m'aide par sa franchise. C'est une personne qui ne craint pas de dire les choses telles qu'elles le sont. Depuis que je suis stabilisée, je peux dire que j'ai pris conscience que j'ai eu des bons patrons dans ma vie de travail. Mais Manon est la meilleure. Elle veut mon bonheur et elle sait me prodiguer des bons conseils. C'est grâce à elle que j'ai pu développer une relation normale au téléphone avec ma mère.

Il y a des gens qui ont décidé de faire régner autour d'eux les valeurs de l'Amour Universel. Ces gens ont la faculté de nous amener vers des espaces de vie où règnent l'harmonie et la paix de l'esprit. Manon est des ceux-là et je remercie la vie de l'avoir mise sur mon chemin.

Marthe
Un témoignage de S.F.

J'étais sans travail depuis 2004. J'avais quitté mon emploi car je manquais d'heure. Par la suite, j'ai perdu plusieurs emplois. J'ai fait un retour aux études et je suis tombé enceinte de ma fille en 2005. Je suis une maman monoparentale d'une petite fille qui aura bientôt 7 ans.

J'ai couru les hôpitaux avec ma fille quand elle était plus jeune. Plusieurs tests, donc plusieurs diagnostics, pour déterminer pourquoi elle était si petite et si mince et qu'elle ne prenait pas de poids. Il faut dire que je me battais quotidiennement avec ma fille pour qu'elle mange. Ce fut un combat très difficile.

Elle a passé le test du syndrome de Noonan (qui est une maladie cardiaque), la fibrose kystique et bien d'autres dont je ne connais même pas le nom. Les médecins ont passé le test de la neurofibromatose de type 1 à ma fille car j'en suis atteinte, et c'est transmissible du parent à l'enfant. J'ai attendu 2 ans pour le résultat de ce test. Les médecins ont refait le test. Finalement, quand les 2 résultats sont entrés, j'étais soulagée : ma fille n'avait rien de grave, aucune maladie, elle était en santé et tout était ok. Elle suivait sa courbe de croissance à elle et c'est ce qui comptait.

Ensuite ma santé en a pris un coup. J'avais été diagnostiquée d'une maladie génétique, la neurofibromatose de type 1 en 2000. Ce fut confirmé lors de la naissance de ma fille. J'ai cette maladie depuis ma naissance par contre. La science ne pouvait pas diagnostiquer cette maladie en 1975.

Qu'est ce que la neurofibromatose ?
C'est un désordre d'origine génétique. C'est une affection de la peau et des systèmes nerveux et osseux qui est à 50% héréditaire, ce qui veut dire que le gène défectueux de la NF a été transmis à l'enfant par l'un ou l'autre de ses parents, dans mon cas par mon père. Dans l'autre moitié des cas, elle est le résultat d'une mutation génétique spontanée.

Depuis plusieurs années, j'avais des maux de tête insupportables. En discutant avec mon généticien de ces maux de tête et suite à un scan et à un IRM, le généticien a constaté que la maladie a causé dans mon cas une tumeur dans le 4e ventricule de mon cerveau. J'ai rencontré le docteur David Fortin qui m'a opéré en novembre 2009, car le liquide du cerveau était bloqué et la circulation ne se faisait pas bien et causait une très forte pression dans mon cerveau, ce qui provoquait chez moi les très fortes migraines. L'opération a été terriblement souffrante. J'ai perdu énormément de poids, soit 17 livres en 2 semaines. J'aurais dû sortir de l'hôpital après 2 jours mais je fus hospitalisée 13 jours et dû subir une seconde opération car le drain avait été mal installé.

J'ai décidé de retourner au travail mais comme ma condition de santé ne me permet pas de travailler à temps plein j'ai contacté mon agente du Centre local d'emploi. Mon histoire à moi avec Manon a commencé en novembre 2010. J'étais très nerveuse quand j'ai rencontré Manon. Je voyais cette femme impressionnante derrière son bureau et je me disais que jamais je ne serais engagée par une femme qui me semblait terriblement autoritaire. Comme je suis une femme extrêmement sensible, je me suis ouverte à Manon et lui ai raconté mon histoire. J'ai pleuré. Ma sensibilité me nuit trop souvent. À la fin, de l'entrevue, quand je suis sortie, je me suis dit " HO MY GOD " jamais elle ne va me rappeler. J'ai eu l'air folle.

Peu importe, ma vision était fausse car Manon m'a engagée et je suis très heureuse d'avoir connue cette femme généreuse et elle m'a appris beaucoup, m'a donné des outils pour acquérir une certaine confiance en moi que je n'avais pas. J'ai été engagée en premier lieu comme commis de bureau, ensuite j'ai travaillé au comptoir Loto-Québec (c'est la meilleure place). Cette année, j'ai aidé Manon avec le souper de Noël (avec Monique Gagnon), l'Hiver en Folie et une partie du 5 à 7. Ce fut une expérience exigeante mais très enrichissante. J'ai vécu beaucoup d'embûches au travail : conflits avec certains collègues, conflits avec moi-même suite à des erreurs dans mes travaux et découverte d'un nouveau diagnostic suite à cette expérience. Le TDAH est implanté en moi depuis très longtemps. Je le sentais mais je ne savais pas comment le gérer. Maintenant la médication est là pour aider mais c'est un combat constant tous les jours contre des petits trucs qui peuvent être anodins pour certains mais tellement difficiles pour une personne atteinte.

J'ai dû quitter le bureau pour prendre soin de moi (fatigue à cause de l'apnée de sommeil). On peut dire que Manon m'aura beaucoup aidée à retrouver une confiance en moi, contrôler mes émotions et bien autre chose. Je la remercie de toutes les conversations hors travail où elle m'a écouté et elle a su me conseiller et m'appuyer dans mes décisions. Manon est une femme dévouée envers les gens qu'elle aide. Elle est généreuse et c'est une amoureuse de son travail. Elle aime ses employés comme ses enfants. Manon nous traite comme des êtres humains et non comme des numéros comme certains employeurs. Je crois bien qu'elle me reprendrait au sein de son équipe si je retournerais la voir pour renouveler l'expérience de travail avec elle. Elle peut compter sur moi pour des remplacements au comptoir Loto-Québec n'importe quand. J'adore travailler là.

Merci à tous mes collègues qui m'ont enduré et avec qui j'ai adoré travailler. J'avais beaucoup d'affinités avec certains et très peu avec d'autres mais le respect est très présent dans le bureau du Centre d'Entraide Plus de L'Estrie.

S. F.
Un témoignage de M.M.

Bonjour à vous tous,

J'aimerais vous parler de moi. Voilà, au moment de connaître le Centre d'entraide plus de l'Estrie je vivais un moment très difficile suite à l'incarcération de mon fils. J'ai beaucoup pleuré tellement que j'ai fait une dépression. J'ai même pensé au suicide mais comme je suis croyante et que j'ai la foi en Dieu je me suis raisonnée. Je ne pouvais pas faire ça. C'est alors qu'une bonne journée en regardant le journal j'ai vu l'annonce du Centre d'entraide qui demandait des aides de soutien à domicile. J'ai décidé de me renseigner et d'aller voir ce que c'était. C'est alors que j'ai fait la connaissance de Manon Foucault. Une femme souriante et chaleureuse qui a décidé de me donner ma chance.

J'ai commencé à travailler et tranquillement j'ai recommencé à reprendre confiance en moi. Manon m'a beaucoup aidée dans mon cheminement en m'encourageant et en me disant que moi aussi j'avais le droit d'être heureuse. J'y suis même restée 2 ans, soit du 6 avril 2010 au 30 mars 2012. Aujourd'hui, je m'ennuie autant du Centre que de mes clients (tes) mais que voulez-vous, c'est la vie et il faut continuer à cheminer, à aller de l'avant. Aujourd'hui, je suis sortie de ma zone noire et je suis heureuse et bien dans ma peau. J'ai même rencontré l'amour.

M. M.
Retourner en haut de la page

Mise à jour : 8 mars 2019
Accueil entraideplus@hotmail.com